Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : comment les sciences comportementales aident le gouvernement à gérer la crise sanitaire

-
Par , France Bleu

Pour faire face à la crise du coronavirus, une équipe de chercheurs spécialisée en sciences comportementales est engagée auprès des services du gouvernement pour les aider dans la communication et la gestion de crise. Le but est de notamment de convaincre le plus efficacement les Français.

Emmanuel Macron à l'Elysée le 26 mars 2020
Emmanuel Macron à l'Elysée le 26 mars 2020 - Maxppp

Ils sont six chercheurs et trois doctorants mobilisés au sein de la Direction interministerielle de la transformation publique (DITP). Cette direction accompagne les ministères et les administrations dans la conduite de la transformation publique de l'Etat. Au sein de cette direction, et surtout depuis le 17 mars, ces spécialistes en sciences cognitives guident le gouvernement et notamment son Service d'information pour toutes ses actions de communication sur le respect du confinement ou des gestes barrières. 

Les chercheurs de l'équipe "science comportementales" donnent des conseils sur les slogans, visuels et les campagnes d'informations sanitaires. L'équipe éclaire aussi Matignon sur la manière dont la population perçoit les messages. 

Les échanges sont réguliers depuis le début de la crise. "Il faut que les messages soient le plus ajustés possibles. Nous sommes mobilisés en soutien, en fonction des besoins, mais aussi de la spécificité des chaines de décisions actuelles" explique Stephan Giraud, patron de ces spécialistes en sciences cognitives à la Direction interministérielle de la transformation publique. "Il faut rendre les choses un peu plus incitatives. On va être de plus en plus sollicité sur la compréhension, la gestion du confinement. L'idée c'est comment avec notre connaissance du comportement humain, avec la manière dont les gens réagissent, comment on doit ajuster nos messages, nos politiques publiques" précise Stephan Giraud. 

Dans des situations de crise comme celle du coronavirus, "il faut éviter de se disperser. Il faut proposer des choses qui soient claires et cohérentes. En identifiant les déterminants des comportements, on peut trouver des leviers de changement efficaces". 

"L'attestation de déplacement dérogatoire est une vraie stratégie comportementale" selon Olivier Oullier, neuroscientifique. 

"En rapprochant très tôt le Covid-19 de la grippe, les médias ont créé un point d’ancrage qui a peut-être contribué à une sous-estimation de la menace dans l’esprit des français", estime Alice Soriano, docteur en psychologie cognitive. Selon elle, "une communication efficace du point de vue des sciences comportementales consisterait donc à mettre en lumière l’adoption du confinement par la majorité des Français pour attirer les autres individus vers ce comportement". 

Dans un article récent, cette consultante en sciences comportementales précise aussi que "la défiance parfois ressentie vis-à-vis de l’autorité gouvernementale peut être un frein à l’adhésion vis-à-vis du message de prévention. Il apparaît donc nécessaire de varier la nature des messagers". 

Souvenez-vous, le samedi 14 mars, la veille du premier tour des Municipales, Edouard Philippe s'adresse aux Français. Le Premier ministre annonce  "jusqu’à nouvel ordre la fermeture de tous les lieux accueillant du public non indispensable à la vie du pays". Et dans le même temps il invite les Français à aller voter.  "En appelant les Français à rester chez eux, mais à aller voter malgré tout, les autorités ont soumis les Français à des injonctions contradictoires et potentiellement dangereuses" réagi Olivier Oullier, neuroscientifique, président d'Emotiv. "Ce sont des choses maladroites. Du coup, les gens s'en servent comme excuse pour justifier leur non adhésion aux décisions" explique Olivier Oullier, également ancien directeur de la stratégie en santé du Forum économique mondial. 

Autre exemple de communication, celui concernant les autorisations de sortie. Le fait que ça ne soit pas facile, qu'il faille en avoir une pour chaque sortie, qu'on ne puisse pas la présenter sur son téléphone portable, "c'est volontaire et plutôt malin" indique Olivier Oullier. "Il y a une vraie stratégie comportementale sur les autorisations de sortie. Si ça avait été simple, tout le monde aurait été se balader dehors", rajoute le neuroscientifique. 

La France n'est pas en avance 

Si les sciences comportementales sont très récentes dans les administrations en France, elles sont utilisées depuis plus d'une vingtaine d'années aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne par exemple. En 2010, le gouvernement de David Cameron a créé le Behavioural Insights Team (BIT). Son objectif, se servir des comportements, des réactions pour éclairer les politiques et améliorer les services publics. Lorsqu'il était au pouvoir, Barack Obama avait même créé en 2013 une "nudge unit" à la Maison Blanche. Là encore, une structure qui propose aux gouvernements d'utiliser les enseignements de l'économie comportementale pour améliorer l'action publique. 

Le "nudge" c'est en quelque sorte un "coup de pouce" pour nous pousser à choisir une option plutôt qu'une autre. Une technique très utilisée aujourd'hui un peu partout dans le monde, y compris en France dans le marketing avec le neuromarketing

Selon Olivier Oullier, la crise actuelle n'a rien à voir avec les autres. "C'est la première crise mondiale à une époque hyper-connectée. Tout ce que l'on sait de la gestion de crise avant, il faut le remettre en question".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu