Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : comment vit-on confiné avec un membre de la famille atteint par le virus ?

-
Par , France Bleu Orléans
Olivet, France

Patrick Communal, 71 ans, vit avec sa femme Catherine chez qui a été détectée une suspicion de coronavirus. Le couple a dû réorganiser son quotidien dans sa maison d'Olivet, près d'Orléans : "une sorte de confinement dans le confinement" qui, paradoxalement, renforce les liens.

Patrick Communal et son épouse Catherine, quelques heures avec que celle-ci ne commence à ressentir les premiers symptômes d'une probable contamination au Covid-19
Patrick Communal et son épouse Catherine, quelques heures avec que celle-ci ne commence à ressentir les premiers symptômes d'une probable contamination au Covid-19 © Radio France - Patrick Communal

Ancien avocat du barreau d'Orléans, Patrick Communal est à la retraite et sa femme Catherine travaille à la mairie de Blois. Avec l'épidémie de coronavirus, tous deux sont confinés dans leur maison d'Olivet, mais leur quotidien est encore un peu plus bouleversé depuis le début de semaine.

On vit une sorte de confinement dans le confinement"

"Dimanche dernier, raconte Patrick Communal, mon épouse ne s'est pas sentie très bien. Lundi matin, elle avait de la fièvre et différents symptômes - encombrement des voies respiratoires, courbatures... Elle a consulté le médecin qui l'a arrêtée 15 jours. Son état n'étant pas grave et ne nécessitant pas d'hospitalisation, il n'a pas été procédé à un test, mais elle est en suspicion de Covid-19, comme d'ailleurs sa chef de service, quelques jours plus tôt."

Aujourd'hui, Catherine, qui est âgée de 60 ans, va mieux mais il faut bien sûr éviter qu'elle ne contamine son mari qui est considéré comme "une personne vulnérable" : "J'ai 71 ans, j'ai des problèmes d'hypertension et cardio-vasculaires", précise l'ancien avocat. D'où un nouvel impératif pour le couple : éviter les contacts et instaurer des mesures de précaution au sein même du foyer.

C'est une manière d'être particulièrement attentionné vis-à-vis de l'autre"

Il a donc fallu réorganiser la maison d'Olivet et inventer "une sorte de confinement dans le confinement", comme le décrit Patrick Communal : "Ma femme a sa chambre, son bureau, elle a son canapé et moi mon fauteuil pour regarder la télé... On cohabite dans les mêmes pièces mais en respectant des distances et en ne se touchant pas. Pour le repas, on mange ensemble, mais on a des vaisselles séparées. On essaie aussi de bien ventiler la maison, de désinfecter les surfaces qu'on touche comme les boutons de porte, les interrupteurs... Et on se lave beaucoup les mains !"

Paradoxalement, Patrick Communal pense que cette épreuve renforcera les liens au sein de son couple : "Oui, il y a quelque chose de cette nature. Le fait de faire à ce point attention à l'autre, d'être attentionné l'un pour l'autre au sens littéral du mot, c'est une autre forme de relation mais c'est aussi une manière de partager autre chose."

Le reportage diffusé sur l'antenne commune (pendant le confinement) de FB Berry, Orléans et Touraine

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu