Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus - confinement : comment se portent les résidents des Ehpad landais?

-
Par , France Bleu Gascogne

Cela fait maintenant plus de trois semaines que les résidents des Ehpad landais n’ont plus de visites. Les maisons de retraite ont en effet pris des mesures de confinement avant même l’annonce du chef de l'Etat le 16 mars dernier. Seuls les appels sont autorisés. Nos résidents ont-ils le moral ?

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Frantz Bouton

Dans les Landes, face à l'épidémie de coronavirus, les Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ont progressivement renforcé les mesures de protection pour leurs résidents. Les maisons de retraite du département sont en confinement depuis la semaine du 9 mars. Soit une semaine avant l'annonce du confinement obligatoire le 16 mars. Les visites ne sont plus autorisées. Seuls les appels sont permis.

Après trois semaines de confinement dans les Ehpad, France bleu Gascogne a voulu savoir comment se portaient les résidents. Ont-ils le moral ? 

Témoignage de Jean-Louis, résident à l'Ehpad d'Aire-sur-l'Adour qui a fêté ses 87 ans ce week-end. Sans sa famille, mais avec les infirmières et les aides-soignantes. Face à l'épidémie de Covid-19, l'Ehpad d'Aire-sur-l'Adour a fermé ses portes au public depuis le 9 mars midi. Les familles peuvent contacter leurs proches grâce à des entretiens vidéos.

France bleu Gascogne : comment allez-vous?

Jean-Louis : je préférerais ne pas être confiné. Mais puisqu'il le faut, il le faut. On se fait une raison. Je préférerais voir ma fille tous les jours comme je la voyais. C'est difficile pour moi et pour d'autres.

Etes-vous inquiet ?

Est-ce que je suis inquiet ??? (Il fait répéter la question plusieurs fois et il rigole.) Ah non. Si je dois l'avoir, je l'aurais mais j'espère que non. C'est tout. Vous savez, j'ai été opéré du cœur alors je ne suis pas inquiet.

Depuis le début du confinement, comment se passent vos journées ?

On peut sortir dans le parc ou dans les couloirs mais un par un. Moi je sors entre 14 heures et 14h30. Avec mon fauteuil électrique, je peux aller dans le parc. Tout seul. On n'a pas de contact avec les autres. Aucun contact. (Il insiste)

Et ça ne vous manque pas ?

Cela manque mais on a fait une liste des numéros de téléphone de chaque chambre et on se téléphone. On s'appelle; au moins ceux de la table avec qui on mangeait d'habitude. On s'appelle pour avoir des nouvelles. (A l'Ehapd d'Aire-sur-l'Adour, les résidents prennent depuis trois semaines tous les repas dans leur chambre. Ils ne se voient donc plus)

Et vos proches ?

Je les ai au téléphone tous les jours, au moins deux ou trois fois par jour. Par téléphone. Pas par Skype. Le temps semble plus long qu'avant mais il a toujours la même longueur ! Il a toujours 24 heures. Quand on a quelqu'un qui vient nous voir, le temps passe toujours plus vite qu'à faire des mots croisés ou à lire. C'est sûr. Mais enfin qu'est ce que vous voulez ? On ne peut pas faire autrement. Ce n'est pas nous qui décidons.

Comment vivez-vous ce confinement ?

Je le vis du mieux que je peux. Je ne peux pas dire que je le vis bien mais je le vis du mieux que je peux. En espérant que d'ici 15 jours / 3 semaines, ça soit terminé.

Des coups au moral

Jean-Louis a eu 87 ans ce samedi 28 mars. Pas de fête bien sûr mais Jean-Louis se montre patient. "On le fêtera comme il se doit quand tout sera fini !" A l'Ehpad d'Aire-sur-l'Adour, l'animatrice Maryse reconnait que les résidents ont plutôt le moral. Parfois quelques coups de blues, "surtout quand ils regardent les informations ou après le discours du président à la télé." D'ailleurs la télévision peut être source de divertissement mais en ce moment, elle est plutôt source "d'inquiétude" reconnaît l'animatrice qui veille à éteindre le petit écran le plus souvent possible. 

Pour le moment, tout se passe pour le mieux à l'Ehpad aturin mais Maryse avoue : "je pense que dans les semaines à venir, ça risque d'être plus compliqué." Vendredi, le premier ministre a annoncé la prolongation du confinement au moins  jusqu'au 15 avril.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess