Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Les messes sur internet se développeront après ce temps de confinement"

Pierre-Yves Emile est le curé de la paroisse Marguerite de Lorraine à Argentan. Il célèbre ses offices en direct sur facebook en raison de la pandémie de coronavirus. S'il est dur de célébrer la messe devant une assemblée vide, la diffusion en direct peut apporter du lien aux paroissiens isolés.

Messe des Rameaux célébrée en ligne à Orléans
Messe des Rameaux célébrée en ligne à Orléans © Maxppp - Pascal Proust

La semaine Sainte et le lundi de Pâques sont importants pour les chrétiens. En cette période de confinement lié au coronavirus, le père Pierre-Yves Emile célèbre la messe chaque jour en direct sur la page Facebook de la paroisse.

Cette célébration numérique permet de garder le contact avec une partie des fidèles.

"Il y a deux catégories de fidèles, a expliqué sur notre antenne le Père Pierre-Yves Emile. Il y a ceux qui ont internet et ceux qui ne l'ont pas. Il y a encore une grosse dissociation mais pour ceux qui l'ont oui, j'arrive à garder contact. Avec ceux qui ne sont pas connectés, il y a un gros travail. Ce sont des gens qui sont très isolés."

Rien ne vaut le contact humain mais un lien se fait et se garde

Le contact virtuel est évidemment très différent, surtout au moment de célébrer la messe.

"Rien ne vaut le contact humain mais un lien se fait et se garde. Pour nous c'est très difficile parce qu'on aime le contact et la rencontre avec nos paroissiens. C'est vraiment un combat de rester fidèle à cet engagement quotidien."

Le père Pierre-Yves Emile a ainsi célébré ce jeudi la messe de la Cène dans son église vide, à Argentan.

On sait qu'ils nous suivent par internet mais en face à il y a un grand vide qu'il faut combler par un acte de foi en disant qu'ils sont là quand même avec nous d'une autre manière.

"On a un sentiment d’irréel. C'est exactement ce que l'on aurait célébré en présence des paroissiens. On sait qu'ils nous suivent par internet mais en face à il y a un grand vide qu'il faut combler par un acte de foi en disant qu'ils sont là quand même avec nous d'une autre manière."

Le Père Pierre-Yves Emile n'a pas de souci avec les impératifs techniques ("avec les réseaux sociaux c'est extrêmement simple, il suffit d'une bonne caméra.")

Avec les gestes barrières et le confinement, les célébrations de Pâques sont donc adaptées mais gardent la même portée selon lui.

Ce rassemblement se fait de manière numérique alors qu'il devrait se faire de manière physique (...) Après, cela a la même valeur pour nous. Le Christ est ressuscité et dieu donne sa vie de la même manière

" Elles ont la même valeur mais sont vécues de manière différente.C'est ça qui est difficile. Le mot église veut dire assemblée et donc assemblement. Ce qui est paradoxale, c'est que ce rassemblement se fait de manière numérique alors qu'il devrait se faire de manière physique. Le défi, c'est de garder du lien mais après, ça a la même valeur pour nous. Le Christ est ressuscité et dieu donne sa vie de la même manière. Cela ne change rien à cela."

Si la paroisse de Marguerite de Lorraine d'Argentan a mis les messes de la semaine sainte en direct sur sa page Facebook en raison de cette situation sanitaire particulière, elle réfléchit à conserver cette idée de diffusion numérique une fois que le confinement aura disparu.

Il y a aussi des personnes malades, des personnes isolées qui ont envie de garder le contact avec leur paroisse et pas forcément avec les émissions religieuses télévisées. 

"C'est une vraie question que nous pose ce moment. Je suis assez favorable à cela parce que l'on se rend compte qu'il y a aussi des personnes malades, des personnes isolées de notre paroisse qui ont envie de garder le contact avec leur paroisse et pas forcément avec les émissions religieuses télévisées. Je pense qu'il y aura un développement de ces messes retransmises en direct sur Internet après ce temps de confinement."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu