Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

"Nous sommes en guerre": Emmanuel Macron annonce de nouvelles mesures et le report du 2nd tour des Municipales

-
Par , , France Bleu, France Bleu Paris
France

Le second tour des élections municipales est reporté, a déclaré ce lundi soir le Président Emmanuel Macron. Il a aussi annoncé des mesures plus restrictives sur les transports non-indispensables. Le bilan de l'épidémie de Coronavirus Covid-19 est de 148 décès et 6.633 cas en France.

Emmanuel Macron a annoncé de nouvelles mesures pour enrayer la propagation de l'épidémie.
Emmanuel Macron a annoncé de nouvelles mesures pour enrayer la propagation de l'épidémie. © AFP - RICCARDO MILANI / HANS LUCAS

"Nous sommes en guerre", a martelé ce lundi soir le Président Emmanuel Macron. "Nous sommes en guerre sanitaire. L'ennemi est là, insaisissable", a-t-il ajouté, en référence à la pandémie mondiale de Coronavirus Covid-19 qui se développe en France. Face à l'accélération de la situation, Emmanuel Macron a annoncé des déplacements très fortement réduits à partir de ce mardi à midi, alors que les médecins sonnent l'alarme. Le second tour des élections municipales est aussi reporté à une date pour l'instant inconnue.

Déplacements extrêmement limités

Dès ce mardi midi et pour quinze jours au moins, les regroupements extérieurs ou avec "des amis" ne sont plus permis. Les transports doivent être limités au strict nécessaire sur tout le territoire, la Métropole et les départements d'outre-mer. Par "nécessaire", le Président fait référence aux courses de nourriture, au travail, à la pharmacie, ou à une activité physique sans rassemblement. "Toutes les infractions à ces règles seront sanctionnées", a-t-il ajouté. "Il y aura des contrôles. J'en appelle à votre sens des responsabilités." Toutes les entreprises doivent s'organiser pour faciliter le travail à distance.

Il y aura des contrôles. J'en appelle à votre sens des responsabilités - Emmanuel Macron

Un hôpital de campagne des armées déployé

Un hôpital de campagne du service de santé des armées "va être déployé dans les jours à venir en Alsace." Les armées "apporteront aussi leur concours pour déplacer les malades des régions les plus affectées", a précisé le président de la République. Il avait auparavant annoncé la distribution de masques en priorité à partir de mardi aux personnels hospitaliers et aux médecins de ville et de campagne "dans les 25 départements les plus touchés", les autres départements devant être servis à partir de mercredi.

Frontières et Entreprises

Emmanuel Macron a aussi annoncé que les "frontières à l'entrée de l'Union européenne et de l'espace Schengen seront fermées" dès mardi midi pour 30 jours, exception faite pour "les Français actuellement à l'étranger" qui pourront rentrer en France. 

Le président a promis qu'"aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite", face à l'épidémie qui bouleverse le pays. "Celles qui font face à des difficultés n'auront rien à débourser, ni les impôts, ni les cotisations sociales", a-t-il souligné en évoquant aussi la "suspension des factures d'eau, de gaz ou d'électricité ainsi que les loyers".

Critiques sur "l'incivisme" en pleine épidémie

Le week-end avait déjà été marqué par l'annonce de la fermeture des lieux publics "non-essentiels", suivi par un premier tour des municipales maintenu mais boudé par les électeurs, alors même que des milliers de personnes se pressaient dehors sous un soleil radieux. 

Des images qui ont déclenché une volée de critiques sur "l'incivisme" en pleine épidémie. La situation "est très inquiétante" et "se détériore très vite" a également averti lundi le directeur général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, alertant même sur une possible "saturation" des hôpitaux. "Le nombre de cas double désormais tous les trois jours", a-t-il souligné, insistant notamment sur les "centaines" de malades en réanimation et dont le pronostic vital est engagé. Des patients qui sont "souvent des personnes jeunes" de moins de 65 ans. 

Nouveau bilan : 6.633 cas et 148 décès

Les contaminations au nouveau coronavirus ont marqué une nouvelle progression de 1.210 cas et 21 décès en 24 heures, portant le total respectivement à 148 décès et 6.633 cas depuis le début de l'épidémie en France, a annoncé lundi le site officiel Santé publique France. Face à la progression rapide du virus, l'Ile-de-France (1.762 cas confirmés) et le Grand Est (1.543) sont les deux régions les plus touchées, selon la même source.

Parallèlement sur les réseaux sociaux le mot-dièse "#Reste chez toi" a été lancé par les soignants. Les rues de nombreuses grandes villes se sont de fait vidées, comme à Paris où les transports en commun ont enregistré une baisse de 50% de la fréquentation.

Face à l'inquiétude, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a assuré qu'il n'y aurait "pas de pénurie", tout en demandant aux Français de ne pas multiplier les achats de précaution. Mais un peu partout en France, des grandes surfaces étaient littéralement prises d'assaut lundi, avec de longues files de chariots devant les entrées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu