Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : contrôles renforcés aux huit points de passages de la frontière au Pays Basque

-
Par , France Bleu Pays Basque

Depuis ce dimanche 31 janvier, les frontières sont fermées aux pays extérieurs de l'Union Européenne. Pour revenir d'un pays européen, un test PCR de moins de 72 heures est exigé. Cette nouvelle règle ne s'applique pas aux routiers ni aux travailleurs et résidents transfrontaliers.

Plus de 150 policiers et gendarmes mobilisés pour renforcer les contrôles sur les 8 points de passages de la frontière au Pays Basque
Plus de 150 policiers et gendarmes mobilisés pour renforcer les contrôles sur les 8 points de passages de la frontière au Pays Basque © Radio France - Oihana Larzabal

Pas de gros bouchons mais on voyait une file de quelques voitures tout de même ce dimanche 31 janvier sur le Pont Saint Jacques à Hendaye. Pour le premier jour de l'application des nouvelles règles, les forces de l'ordre ont voulu faire de la pédagogie. Car désormais, il faut présenter un test PCR négatif de moins de trois jours pour pouvoir entrer sur le territoire français. Les routiers ainsi que les travailleurs et résidents transfrontaliers sont exempts d'un test PCR sur présentation d'un justificatif (professionnel ou domicile) dans un rayon de 30 kilomètres.

Dérogation pour les transfrontaliers

Cette règle ne s'applique pas aux habitants d'un rayon de 30 km pour un déplacement de moins de 24 heures, ni aux travailleurs transfrontaliers ou aux routiers. Ce dimanche, les policiers ont fait preuve de clémence par exemple pour ce jeune couple : pas de problème pour Madame qui habite Saint-Jean-de-Luz, mais Monsieur est angloye. Et Anglet se trouve à 32 km de la frontière ! Mauvaise pioche également pour cette dame venue d'Orthez acheter des cigarettes. Elle est repartie les mains vides.

Attention donc, Bayonne ou Anglet ne sont pas dans le rayon des 30 km. Idem pour Irissarry ou encore Saint-Palais.

Pas de contrôles systématiques mais une inspection aléatoire des automobilistes à la frontière
Pas de contrôles systématiques mais une inspection aléatoire des automobilistes à la frontière © Radio France - Oihana Larzabal

Quatorzaine obligatoire

En cas d'infraction, si vous n'avez pas de test PCR et que vous habitez au delà de 30 km de la frontière, vous n'aurez pas d'amende mais une quatorzaine obligatoire à domicile par arrêté du Préfet. Les personnes qui ne sont pas de nationalité française seront refoulées.

Pour veiller à l'application de cette nouvelle mesure, plus de 150 forces de l'ordre sont mobilisés tous les jours : 40 fonctionnaires de la Police aux frontières, 60 CRS et autant de gendarmes (mobiles ou réservistes). Pas de contrôle systématique mais ils procéderont à des contrôles aléatoires sur les 8 points de passages de la frontière au Pays Basque. 

Philippe Le Moins-Surzur, sous-préfet de Bayonne et Julie Gäbel, directrice de la Police aux Frontières d'Hendaye
Philippe Le Moins-Surzur, sous-préfet de Bayonne et Julie Gäbel, directrice de la Police aux Frontières d'Hendaye © Radio France - Oihana Larzabal

Si la frontière reste ouverte, en Guipuzcoa comme en Navarre, chaque territoire a sa propre réglementation et là, en cas d'infraction, l'amende s'élève à 600 euros.

Du côté d'Irun, les contrôles de la Guardia Civil sont aléatoires
Du côté d'Irun, les contrôles de la Guardia Civil sont aléatoires © Radio France - Oihana Larzabal
Choix de la station

À venir dansDanssecondess