Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : contrôles renforcés dans l'Hérault avec le début des vacances scolaires

-
Par , France Bleu Hérault

Alors que débutent les vacances scolaires en Occitanie et Île-de-France, les contrôles vont être renforcés dans l'Hérault pour faire respecter le confinement.

Avec le début des vacances scolaires, entre 600 et 800 gendarmes et policiers seront sur le terrain ce week-end dans l'Hérault pour faire respecter les mesures de confinement
Avec le début des vacances scolaires, entre 600 et 800 gendarmes et policiers seront sur le terrain ce week-end dans l'Hérault pour faire respecter les mesures de confinement © Maxppp - Michael Desprez

Le début des vacances scolaires de printemps ce vendredi 3 avril n'allège pas les règles de confinement. Après l'avertissement délivré par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, le préfet de l'Hérault rappelle à son tour la nécessité de rester chez soi, pour limiter la propagation du Covid-19. Les contrôles vont être renforcés ce week-end, avec une consigne de "fermeté" indique la préfecture.

Avertissement du préfet 

"Le message est clair, le confinement s'applique en temps continu, martèle Jacques Witkowski, préfet de l'Hérault. Donc il n'est pas question que des personnes hors département aient l'intention de venir passer leur villégiature de congés, ou que l'on puisse profiter de cette période de vacances pour modifier ces règles de confinement".

"Renforcer les contrôles sur les axes routiers et les sites touristiques". L'avertissement du préfet de l'Hérault, Jacques Witkowski

Contrôles renforcés

"J'ai donné des consignes de fermeté afin que l'on puisse verbaliser de manière très ferme". Les effectifs, entre 600 et 800 gendarmes et policiers ce week-end, ont été mobilisés pour renforcer les contrôles sur les axes routiers et les sites touristiques, "tout ce qui peut être un potentiel d'attractivité dans notre département". 

Des vacanciers venus d'ailleurs ?

Sur le littoral héraultais, à Sète, Agde, La Grande Motte, on ne semble pas craindre de voir débarquer des vacanciers venus de Paris... ou d'ailleurs... 

"Tout est fermé. Les hôtels sont tous fermés. Les campings sont tous fermés. Les centres de vacances aussi", explique Jean Michel Weiss, le patron de la police municipale de La Grande Motte. 

"Autant rester chez soi".

"La seule population qu'on peut accueillir ce sont les gens qui ont des résidences secondaires. On effectuera des contrôles à chaque entrée de la ville durant tout le week-end pour verbaliser à chaque fois que ce sera nécessaire, pour empêcher les gens à venir se confiner à La Grande Motte. Ils n'ont aucun intérêt à venir chez nous, alors que les pinèdes sont interdites. Les plages sont interdites... Autant rester chez soi."

"Verbaliser à chaque fois que nécessaire, pour empêcher les gens de venir se confiner à La Grande Motte". Jean-Michel Weiss, chef de la police municipale de La Grande Motte

Même chose à Sète, où là aussi les établissements d'accueil sont à peu près tous fermés. Au Grand Hôtel, situé en bordure du canal, fermé depuis le 16 mars, le standard toujours actif n'a enregistré que des annulations de séjour, 420 en moins de trois semaines. Et un seul appel "loufoque" pour une réservation qui n'a évidemment pas abouti. 

Le message de fermeté du préfet vaut également et surtout pour tous les locaux qui seraient tentés par une balade en bord de mer ou en montagne. Elles restent strictement interdites. 

Rappel des amendes encourues :

  • 135 euros de contravention en cas d’infraction aux règles du confinement.
  • En cas de récidive dans les 15 jours, 200 euros dès la deuxième infraction.
  • Majoration à 450 euros si l’amende de 200 euros n’est pas payée dans les 45 jours.
  • Si quatre violations sont relevées dans les 30 jours (3 + la récidive) il s’agit alors d’un délit punissable de 3.750 euros d’amende et de six mois de prison.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu