Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus - réouverture au Pays Basque : "ça donne du baume au coeur"

-
Par , France Bleu Pays Basque

Emmanuel Macron dévoile ce vendredi dans la presse régionale son plan de réouverture du pays. Le Chef de l'Etat annonce un déconfinement progressif en quatre étapes et autant de dates. Si certains s'en réjouissent, pour beaucoup au Pays Basque le compte n'y est pas totalement, voire pas du tout.

De nombreux bars et restaurants fermés depuis la fin octobre affichent leur colère, comme ici dans le petit Bayonne
De nombreux bars et restaurants fermés depuis la fin octobre affichent leur colère, comme ici dans le petit Bayonne © Radio France - Thibault Vincent

Dans un entretien accordé à la presse quotidienne régionale, à paraître ce vendredi 30 avril, le Président de la République détaille un calendrier en 4 étapes pour le déconfinement qui débutera dès lundi prochain. Si les cafés, restaurants, commerces, lieux culturels et sportifs vont rouvrir, ce sera de façon très progressive et sous condition. 

De même, le couvre-feu, assouplit dans un premier temps, ne sera pas levé avant la fin juin. Emmanuel Macron dévoile également la mise en place d'un "pass vaccinal". Des annonces qui soulagent bon nombre de professionnels au Pays Basque, même si le calendrier ne les satisfait pas. D'autres sont au contraire abattus.

Réouverture des terrasses le 19 mai

Les réouvertures vont se faire de façon très progressive. Première étape dès lundi 3 mai avec la fin des restrictions de déplacement, mais le maintien du couvre-feu. Ce n'est qu'à partir du 19 mai (étape 2) que ce dernier sera décalé à 21h, puis à 23h à partir du 9 juin et totalement levé le 30 juin. C'était également le 19 mai que les terrasses des cafés et restaurants pourront réouvrir avec 6 personnes maximum à table et en respectant le protocole, avant une réouverture en salle le 9 juin aux mêmes conditions.

Malgré l'annonce, tant attendu, les professionnels du Pays Basque sont "mi-figue, mi-raisin" reconnait Jérôme Etchebarne, restaurateur à Mendionde. "On peut se réjouir d'un début de calendrier, d'un début d'ouverture, mais les mesures annoncées à ce jour, qui ne sont pas détaillées, nous laissent perplexe parce que certains d'entre nous n'ont pas de terrasses, parce qu'une terrasse ne peut suffire à maintenir à flot un établissement. Ça nous laisse d'autant plus perplexes qu'en Pays Basque, on sait très bien que le beau temps n'est pas garanti qu'on soit en juin, juillet ou août. Une terrasse qui est aux quatre vents avec la pluie, par exemple, n'a aucun attrait."

Pour le restaurateur Jérôme Etchebarne, la réouverture des terrasses est insuffisantes

Restaurateurs : "On s'attend à une forte affluence"

Le calendrier pose également problème aux cafetiers, restaurateurs et commerçants puisque le 19 mai arrive après des dates importantes de consommation comme la Pentecôte, la fête des mères et "les rendez-vous familiaux qui se font au printemps", assure Jérôme Etchebarne qui se dit "à certains égards, en colère parce que l'annonce n'est pas suivi des effets espérés."

Mais d'autres restaurateurs manifestent au contraire leur optimisme. Depuis que la réouverture des terrasses a été annoncée ce jeudi après-midi, certains reçoivent déjà, de la part des plus pressés et des plus prévoyants, des réservations. Ce n'est pas encore le cas à l'Estegi, établissements des quais de la Nive à Bayonne, mais son patron reçoit de nombreux messages enthousiastes sur les réseaux sociaux et de la part du voisinage. "Tous les gens que j'ai pu croiser manifestent leur joie et leur plaisir de nous rejoindre dès que les premières tables et chaises seront sorties, affirme Luc Terrieux. Ça donne du baume au coeur." Il a recontacté et réussi à remobiliser l'ensemble de son équipe, saisonniers compris, pour être prêt le 19 car il "s'attend évidemment à une forte affluence".

Luc Terrieux, restaurateur, est confiant sur le retour des clients dès la réouverture des terrasses

Théâtre : "Contaminations plus importantes" que lorsqu'ils étaient fermés

Le 19 mai marquera en revanche la réouverture des musées, cinémas, théâtres et salles de spectacles avec une jauge fixée à 800 personnes en intérieur et 1000 en plein air. Une limite qui sera élevée à 5.000 personnes à partir du 9 juin, mais les spectateurs devront présenter à cette date un pass sanitaire (certification de vaccination ou test PCR négatif de moins de 72 heures). A partir du 30 juin, ce pass sera obligatoire pour accéder à tout événement rassemblant de plus de 1.000 personnes

La réouverture réjouit évidemment les professionnels dont la plupart sont mobilisés depuis plusieurs mois, occupant le Théâtre de Bayonne et multipliant les actions sur le terrain pour sensibiliser le public. "C'est une très bonne chose. On a vraiment besoin que la culture soit au centre de la vie sociale", se réjouit Cathie Simon-Loudette. Mais cette chargée de production dans le théâtre s'inquiète des conditions de la reprise, notamment des jauges. Elle s'interroge aussi sur une réouverture "dans des conditions de contamination qui sont plus importantes que quand on nous a dit qu'on ne rouvrirait pas, c'est à dire en décembre et en janvier." Ce qui est en partie vrai dans les Pyrénées-Atlantiques où le taux de contamination était même repassé sous les 50 cas pour 100.000 habitants début mars.

Cathie Simon-Loudette reste perplexe sur le calendrier des réouverture des lieux de Culture

Annulation définitive d'"Arènes en scène" à Bayonne

Pour le musicien basque Patrice Dumora, alias "Watson", c'est évidemment une grande joie de pouvoir enfin retrouver le public, mais il craint que les conditions de réouverture ne créent des difficultés économiques : "je pense que certaines salles ne trouveront pas leur compte dans ces mesures là. Évidemment, on peut penser que jouer devant 100 personnes, c'est très bien et c'est très bien. Mais je pense aussi que tous les à côtés, qui font qu'une soirée peut être "rentable", ne sont pas remplis"

Watson craint que les salles de spectacles ne s'y retrouvent pas dans les conditions de réouvertures

Quant aux festivals de l'été, le calendrier et les conditions du déconfinement, notamment le maintien des gestes barrières et de la distanciation, n'aboutiront pas au miracle espéré. La série de concerts prévus en juillet (Jean-Louis Aubert, Soprano, Christophe Maé, Kassav, Kendji Girac) dans les Arènes de Bayonne, annulée il y a 15 jours, ne renaitra pas de ses cendres cet été. "Il faut au moins trois, quatre mois pour relancer la machine du spectacle, explique Michel Goudard, producteur notamment d'"Arènes en scène"._Tout ça, c'est des effets d'annonce des politiques_. La plupart des politiques, de toute façon, ne se sont jamais donné la peine de vouloir comprendre ce qu'est notre métier. On n'a pas suffisamment d'éléments pour prendre des risques financiers qui sont absolument colossaux pour partir en tournée."

Pas de reprise d'"Arènes en Scène" cet été explique son producteur

Stades : un écueil supplémentaire pour l'Aviron Bayonnais ?

Le 19 mai marquera également le retour du public dans les stades avec une jauge fixée à 1000 personnes et dans les salles sportives avec un maximum de 800 spectateurs, avant que la limite soit élevée à 5.000 personnes à partir du 9 juin avec présentation du pass sanitaire. Une très bonne nouvelle pour Philippe Tayeb, le président de l'Aviron Bayonnais. Persuadé que grâce à la vaccination et au pass, la prochaine saison se déroulera cette fois sans problème, il estime que cette réouverture dès la mi-mai "est _un signal fort. Ca va redonner de l'élan à nos supporters_, à nos abonnés, à nos partenaires de pouvoir revenir à Jean-Dauger" dont la nouvelle tribune n'a toujours pas pu être étrennée.

Le dirigeant craint en revanche que la jauge ne pose d'autres difficultés : "le seul souci, c'est comment sélectionner les personnes qui vont rentrer au stade, sachant qu'on a 6 000 abonnés et partenaires dans le club". Un problème qui ne devrait toutefois pas se poser à l'Aviron puisque le seul match à domicile qui aurait pu être concerné, la réception du Stade Français lors de la dernière journée le 5 juin, se disputera à 21h comme toutes les autres rencontres, soit au moment de l'entrée en vigueur du couvre-feu. En revanche les Bayonnais joueront un match crucial à l'extérieur avec potentiellement du public lors de l'avant dernière journée à Montpellier (horaire à déterminer) et pourraient également jouer le barrage pour le maintien, si ils terminent 13e du Top 14, chez le finaliste de Pro D2 avec " la pression du public qui n'a pas vu un match quasiment depuis un an."

Philippe Tayeb, président de l'Aviron Bayonnais Rugby

Discothèques : "Est-ce que je vais rouvrir un jour ?"

A cette date, la limite maximale de public sera adaptée aux événements et à la situation sanitaire locale. Le 30 juin doit également marquer la fin des limites de jauge dans les établissements recevant du public, si la situation sanitaire locale le permet. En revanche, les boîtes de nuit elles restent fermées. Ces établissements qui gardent porte close depuis le premier confinement, soit plus d'un an, pourraient ne rouvrir qu'en septembre. 

"Une fois de plus, on est mis à l'écart et on est stigmatisés, se désole Anthony Sincholle, le gérant du Caveau à Biarritz. Je ne vois pas pourquoi on ne fait pas un test avec les discothèques. Parfois, la question me traverse l'esprit en me disant est-ce que je vais rouvrir un jour ?" Selon lui, les discussions des représentants de la profession avec les Ministres concernés permettent tout de même d'entrevoir une reprise dans le futur : "ils attendent _40 millions de personnes vaccinées pour pouvoir étudier une réouverture._" Soit en septembre au rythme actuel. Lointain, mais un espoir tout de même.

Les boîtes de nuit restent fermées jusqu'à nouvel ordre au grand désarroi du gérant du "Caveau"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess