Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

CORONAVIRUS - Dans le bâtiment, les artisans bretons se rendent sur les chantiers "au cas par cas"

Comme de nombreuses professions, les artisans du bâtiment doivent adapter leur activité à l'épidémie de coronavirus et la limitation des déplacements qui en découle. Le président de la CAPEB en Bretagne explique qu'il faut analyser les chantiers "au cas par cas".

Chantier - illustration
Chantier - illustration © Radio France - Lagain Aurelie

Les artisans du bâtiment et leur principal syndicat, la confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment, tentent de s'adapter face à l'épidémie de coronvirus. Sur quels chantiers peut-on se rendre, sur lesquels ne doit-ont surtout pas aller travailler, les chantiers en équipe sont-ils toujours possible ? Vincent Dejoie, président de la CAPEB en Bretagne essaie de trouver des solutions. 

On essaie de s'adapter à la situation. Dès que le client est là, on ne se rend pas sur le chantier.

"Ca change beaucoup de choses, on se pose la question au cas par cas, dès qu'il y a un client sur un chantier on y va pas, on ne va que sur les chantiers où il n'y a pas le client. S'il y a d'autres collègues du bâtiment qui travaillent sur un chantier, on ne peut pas travailler dans la même pièce, au même endroit... Pour l'instant c'est compliqué de savoir ce qu'on peut et ne pas faire, il faut prendre chaque chantier, l'analyser et voir s'il y a des risques ou non. _Le principe c'est de ne pas être à plusieurs, on l'applique pour les chantiers_." explique le chef d'entreprise costarmoricain.

"C'est du jamais vu, jamais vécu, on va voir au fil des semaines comment s'organiser sans danger. Dans mon entreprise, tous mes salariés qui venaient bosser ce matin avaient un masque. On leur a fait signer les autorisations de déplacement, ils sont seuls par véhicule et seuls sur le chantier. Un de mes salariés a demandé à ses clients de s'en aller pour pouvoir travailler. Ils peuvent être deux sur une maison mais pas dans la même pièce. Ce matin, quand ils signaient les attestations ils étaient quatre ou cinq, je leur ai dit de sortir et de signer un par un !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu