Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : dans les Carrefour City de Nîmes, des plastiques pour protéger les hôtesses de caisse

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Les hôtesses de caisse des Carrefour City de Nîmes sont désormais un peu plus protégées des clients. Le gérant du magasin de la rue des Halles a décidé ce mercredi d'installer des plastiques devant les caisses pour limiter les contacts.

Stéphane Guszkiewicz, le gérant du Carrefour City de la rue des Halles à Nîmes
Stéphane Guszkiewicz, le gérant du Carrefour City de la rue des Halles à Nîmes © Radio France - Philippe Thomain

"C'est une initative personnelle, confie Stéphane Guszkiewicz, le gérant du Carrefour City de la rue des Halles à Nîmes. J'ai vu aux infos que certains avaient mis des bouts de plexiglas devant les caisses pour les protéger. Comme je n'avais pas de plexiglas dans mon magasin, la seule solution, c'était d'utiliser une bâche plastique qu'on utilise d'habitude pour protéger le pain dans le labo de cuisson. Quand les premières caissières sont arrivées, elles étaient contentes.

"Une initiative que Stéphane a souhaité partager aux cinq autres gérants des magasins Carrefour City de Nîmes via son groupe "What's app". Il l'a aussi envoyé au conseiller de franchise de Carrefour qui supervise une quinzaine de magasins sur son secteur pour qu'il fasse de même. 

Une nouvelle organisation du magasin 

Depuis le confinement, Stéphane a dû revoir l'organisation des journées de ses 21 salariés. "Ça concerne surtout les horaires explique-t-il puisque nous, on continue toujours à être livrés à 5h. L'équipe du matin continue donc de venir à 5h pour remplir les rayons. Ce matin, on a reçu 17 palettes pour le frais, hier 26, un camion et demi pour remplir tout ce qui a été dévalisé."

Les autres salariés arrivent plus tard. Le magasin ouvre désormais de 9h à 18h et plus de 7h à 22h. 30 personnes sont autorisées à rentrer simultanément dans le magasin. "Comme on est tous équipés de talkie-walkie, dès qu'un client sort, on prévient le vigile qui fait alors rentrer la personne qui attend à l'extérieur."

Des achats surprenants

Comme dans les autres magasins, les clients se sont rués pour acheter des produits de première nécessité. Mais pas que. "J'ai vu un papy acheter 7 tubes de colle pour dentier par exemple. Même s'il avait un petit problème de dentier, il avait de quoi tenir, on lui en a repris la moitié en lui disant qu'on allait être livré.

Concernant les rouleaux de papier toilette, une dame est venue en prendre 8 ! Je lui ai dit que c'était peut-être exagéré, elle m'a dit qu'elle avait huit filles à la maison et qu'un rouleau faisait une journée... La panique, la mauvaise foi, le mauvais jugement font faire des choses incroyables !"

Les caissières sont un peu plus protégées
Les caissières sont un peu plus protégées © Radio France - Philippe Thomain
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu