Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : dans les clubs de foot amateurs, les enfants pas inquiétés par la maladie

-
Par , France Bleu Paris

Alors que le monde des adultes angoisse en pensant au coronavirus, les enfants eux sont moins inquiets. Au club de foot ES 16 de Paris, ils sont concentrés sur le ballon rond.

Les enfants tranquilles sur la pelouse. Image d'illustration.
Les enfants tranquilles sur la pelouse. Image d'illustration. © Maxppp - CLAUDE PRIGENT

"Je veux devenir footballeur, je ne joue pas pour m'amuser". La détermination de Simon 8 ans, est à l'image de sa sérénité. Le jeune joueur de foot joue dans le club de l'ES 16 à Paris, Avenue du Maréchal Franchet d'Esperey. 

Il a bien entendu parler du coronavirus, mais se concentre sur le ballon, avec ses copains, Nolan 8 ans et Raphaël, tous du même âge. 

"La passion avant tout"

"La passion avant tout", résume les trois copains, qui s'entraînent sous l'oeil vigilant de Bikline Sousa, leur coach. 

"On leur dit de se laver les mains avant et après chaque entraînement, mais sinon, rien de plus", explique l'éducatrice. Les matchs à l'extérieur et les déplacements ne sont d'ailleurs pas restreints ce week-end. 

Les parents un peu plus vigilants 

Nolan joue comme défenseur, et écoute attentivement les conseils de sa coach. Pour lui, inimaginable d'arrêter de jouer au foot "juste à cause d'un virus". 

Agathe une maman de deux enfants inscrits au club est quant à elle un peu plus inquiète. "J'ai demandé aux coachs si les enfants pouvaient ne pas se serrer la main, comme c'est la coutume au club", explique la maman. 

Mais pour autant, hors de question de priver ses petits de leur sport favori, "les choses ne sont absolument pas dramatiques pour le moment", assure Agathe. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu