Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus, déconfinement - Les patients du Limousin reviennent dans les cabinets médicaux

-
Par , France Bleu Limousin

Ils avaient déserté les cabinets médicaux, le plus souvent par peur d'y attraper le coronavirus. En Limousin, les patients font cette semaine un retour en force chez les généralistes. Mais certains malades ont pris du retard dans leurs traitements ou leurs examens médicaux.

Consultation chez un médecin généraliste (image d'illustration)
Consultation chez un médecin généraliste (image d'illustration) © Maxppp - Stéphanie Parra

Au plus fort de la crise sanitaire et durant le confinement, les médecins de ville, en Limousin comme ailleurs, avaient vu leurs consultations chuter et leurs cabinets se vider. Des patients atteints de maladies chroniques avaient même laissé tomber leur suivi médical, d'autres avaient d'eux-mêmes annulé des examens parfois importants, souvent par peur du coronavirus. A tel point qu'il y a une semaine, la communauté médicale du Limousin avait lancé un grand appel aux patients pour qu'ils retournent consulter. Il semble que cet appel ait été entendu. 

Une activité médicale à 80% de la normale

Car les patients reviennent. En Corrèze, le Docteur Mathilde Lacourcelle l'a clairement constaté dans son cabinet de médecine générale. "Moi j'étais descendu à 40% de mon activité habituelle, et maintenant je suis presque à 80%" indique cette professionnelle du syndicat MG France. 

Et déjà, un constat : certains patients ont du retard dans leur traitement ou leur suivi médical. "Pour l'instant, ce n'est pas un grand nombre, mais cela peut arriver parce que le diabète par exemple, ça ne va pas se décompenser sur deux ou trois jours, mais si pendant trois mois il n'y a pas de suivi, cela va se voir" dit encore le Docteur Lacourcelle, qui craint que le pire soit à venir. 

On risque de voir, demain, des dégâts collatéraux

C'est aussi la crainte du Docteur Mickaël Frugier. Ce généraliste de la Fédération des Médecins de France (FMF), installé au Vigen en Haute-Vienne, craint un "_regain, demain, des pathologies cardiovasculaires ou cancéreuses_, et c'est là qu'on risque de voir ces dommages collatéraux" dit-il. Dans sa patientèle, qu'il a retrouvé lui aussi à environ 80% cette semaine, il a "cinq patients identifiés pour lesquels on a un peu tardé dans la prise en charge, avec un retard de traitement à l'allumage", dit-il, "mais encore rattrapable", évoquant également des pathologies liées à la décompensation diabétique, à la tension, ou au cancer.  

A LIRE AUSSI : Déconfinement - Les médecins limousins appellent les patients à revenir dans les cabinets médicaux

Le Président de l'Ordre des Médecins de Haute-Vienne, Pierre Bourras, pneumologue, confirme. "On a tous eu des cas où c'est effectivement _dommage que les gens n'aient pas consulté plus tôt_, et découvrir quelque chose qui aurait peut-être été de meilleur pronostic, si les gens étaient venus auparavant, je dis bien peut-être", dit-il.

C'est donc dans les semaines voire les mois qui viennent, qu'on risque de découvrir la face sanitaire cachée de la crise du coronavirus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu