Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

​​​​​​​Coronavirus : déjà plus de mille amendes dans le Bas-Rhin pour non-respect du confinement

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Les gendarmes et les policiers sont intransigeants. Ils procèdent à plus de 5.000 contrôles chaque jour dans le Bas-Rhin pour vérifier si vous respectez bien les règles de confinement. Pour certains verbalisés, la pilule est amère.

Les policiers alsaciens effectuent plusieurs milliers de contrôles par jour (ici à Mulhouse)
Les policiers alsaciens effectuent plusieurs milliers de contrôles par jour (ici à Mulhouse) © Maxppp - Darek Szuster

Depuis le mardi 17 mars 2020, vos déplacements sont limités au strict minimum afin de limiter la propagation du coronavirus : pour vous rendre sur votre lieu de travail, pour faire vos courses, pour des raisons de santé, pour "un motif familial impérieux", ou encore pour faire un peu d’activité physique ou promener vos animaux à proximité de votre domicile.

Pour cela, vous devez être en règle avec vos attestations individuelles et celles de vos employeurs, qu'il faut soigneusement remplir chaque jour, sous peine de devoir payer une amende de 135 euros.  5.000 contrôles sont réalisés quotidiennement dans le Bas-Rhin. Depuis le début du confinement, les policiers et les gendarmes ont verbalisé 1 176 personnes dans le département (décompte arrêté à dimanche soir). 

De nombreuses personnes ne respectent pas ces mesures de confinement qui ont pour but de limiter les risques de contamination au coronavirus. La police de Strasbourg cite l'exemple de jeunes qui par provocation sortent sans attestation ou encore l'exemple d'un homme arrêté à 21 heures avec une attestation pour faire ses courses.

Tolérance zéro

Le mot d'ordre c'est tolérance zéro. C’est le constat amer qu’a pu faire Virginie, la responsable d’un centre de formation d’apprentis dans le Bas-Rhin : "Quand j'ai été contrôlée en allant au travail, j'avais mon justificatif de déplacement professionnel en règle. Par contre, l'attestation de déplacement dérogatoire n'était pas datée et il manquait la petite croix qui va bien. La veille au soir, j'avais été contrôlée au même endroit et mon justificatif de déplacement professionnel avait largement suffi. Ce qui me fait peur aujourd'hui, c'est d'être à nouveau contrôlée et qu'il manque une virgule à mon attestation, et que je me prenne 1.500 euros d'amende. C'est un peu stressant surtout pour aller travailler. Je ne trouve pas ça très juste".

La première amende pour non-respect des règles de confinement vous coûte effectivement 135 euros. En cas de récidive dans les 15 jours, vous risquez carrément 1 500 euros d’amende.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu