Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : des entreprises de BTP donnent des masques de chantier aux hôpitaux de Tarbes

-
Par , France Bleu Béarn

La solidarité s'organise pour trouver des masques, pour les personnels soignants, un peu partout en France. Dans les Hautes-Pyrénées, la fédération des Travaux Publics a lancé un appel aux entreprises, si elles ont des stocks.

Des masques qui servent aussi sur les chantiers, en anti pollution contre les poussières telles que béton, ciment, plâtre, ...
Des masques qui servent aussi sur les chantiers, en anti pollution contre les poussières telles que béton, ciment, plâtre, ... - Maxpp

Cet appel a été entendu, par exemple par le président du club de rugby de Tarbes, le Stado TPR, Lionel Terré, qui est aussi le patron d'une entreprise de BTP à Maubourguet. 

On a ce type de masques en stock, on fait de la démolition et du désamiantage

Les chantiers étant tous stoppés, ces masques ne sont plus indispensables pour lui, et Lionel Terré préfère faire jouer la solidarité pour ceux qui en ont le plus besoin. "Les chantier sont arrêtés depuis l'allocution du Président de la République, ce lundi" indique Lionel Terré.

Je préfère que les soignants soient équipés

Cette semaine, ce chef d'entreprise a donc donné 10 cartons, soit 150 masques de type FFP2, à la polyclinique de l'Ormeau, à Tarbes. D'autres patrons du BTP du 65 ont fait de même, pour tous les établissements hospitaliers du territoire.

"Il faut que ça serve aux personnes qui en ont besoin" indique Lionel Terré.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu