Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : des Fléchois se lancent dans la confection de masques pour enfants

-
Par , France Bleu Maine

Des bénévoles du secteur de La Flèche, épaulés par une entreprise locale, s’organisent pour fabriquer des masques de protection pour enfants. Ces modèles seront colorés et sans élastique. C’est l’une des premières initiatives du genre en France.

Pour être efficaces, les masques doivent comporter trois couches. (Photo d'illustration)
Pour être efficaces, les masques doivent comporter trois couches. (Photo d'illustration) © Maxppp - Joël Philippon PhotoPQR/Le Progrès

Et les enfants ? « Jusqu’à présent, personne ne s’en est vraiment préoccupé », constate Richard Couvreur. De fait, les initiatives pour coudre des masques de protection pour les adultes se multiplient partout en France. Mais la confection de modèles pour les jeunes reste encore confidentielle. « Nous voulions poursuivre notre mission habituelle. Pour nous, c’est une continuité », explique le président de l’association « L’outil en main » du Pays fléchois dont le but est d’initier les 9 – 15 ans aux métiers manuels chaque mercredi après-midi. « Nous souhaitons leur être utiles, dans la perspective du déconfinement et de la reprise progressive de l’école ». 

Un appel aux bénévoles

Fort de son réseau, l’entrepreneur fléchois, aujourd’hui à la retraite, s’est ainsi lancé dans ce projet de fabrication de masques de petite taille. « Nous avons besoin de personnes ayant une bonne habitude de la couture, une certaine dextérité », explique Richard Couvreur. D’un point de vue pratique, les tâches les plus lourdes (comme par exemple la découpe de tissus en grandes quantités) seront réalisées dans l’atelier prêté par l’ESAT Kâlista de La Flèche, actuellement fermé pour cause confinement. « Pour des raisons de sécurité sanitaire, pas plus de cinq personnes pourront s’y trouver au même moment », prévient le président de l’association « L’outil en main ». Le reste du travail : couture et emballage pourra se faire au domicile des bénévoles, « sachant qu’il faudra tenir des cadences proches de celles de l’industrie ». 

Une solution pour que les enfants n'enlèvent pas leur masque

Pour mener à bien ce projet, l’association « L’outil en main » du Pays fléchois a noué un partenariat avec l’entreprise locale « Norme et style », spécialisée dans les "équipements de protection individuelles et tenues professionnelles". Durant le week-end, un « prototype a été réalisé », explique Gersande Tanguy-Blanchard, la co-gérante de la société. « Ce sont des modèles réduits des masques pour adultes avec une attention particulière portée aux attaches. Les enfants seront tentés de vouloir enlever ces masques. C’est la raison pour laquelle nous proposerons non pas des élastiques mais des liens à nouer qui pourront s’adapter à la morphologie de chacun ». 

Colorés pour dédramatiser

Ces masques, répondant aux recommandations de l’AFNOR, auront aussi « des couleurs plus chatoyantes que celles que l’on connaît aujourd’hui pour les masques du monde professionnel », annonce l’entrepreneuse. Ils seront « turquoises, verts anis, roses, fuchsias… » L’idée est de les rendre « plus fun et de dédramatiser leur usage », explique Gersande Tanguy-Blanchard, la co-gérante de l’entreprise fléchoise « Norme et style »

Uniquement pour La Flèche et ses environs

Selon les premières projections, 2.000 à 3.000 masques pour enfants pourraient être confectionnés dans le cadre de ce partenariat. Ils seront destinés uniquement à un usage local : « Nous allons répondre dans un premier temps à la demande des écoles maternelles et primaires du pays fléchois, publiques comme privées », indique Gersande Tanguy-Blanchard. 

Explications : des masques colorés, sans élastique pour les enfants du Sud Sarthe

Choix de la station

À venir dansDanssecondess