Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : des maires sarthois sont épuisés après un an de crise sanitaire

-
Par , France Bleu Maine

La gestion de la crise du Covid-19 est rude pour les élus locaux. Entre les directives de l'Etat et les attentes de leurs administrés, des maires sarthois témoignent de leur fatigue.

Avec la pandémie de Covid-19, les maires sarthois se battent sur tous les fronts. (image d'illustration)
Avec la pandémie de Covid-19, les maires sarthois se battent sur tous les fronts. (image d'illustration) © Maxppp - Lionel VADAM

Les réunions en visio interminables, les protocoles sanitaires et les angoisses des administrés. Les maires sarthois se battent sur tous les fronts depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19.

Beaucoup racontent une forme d'épuisement, selon Dominique Dhumeaux, maire de Fercé-sur-Sarthe et président de l'Association des maires ruraux de la Sarthe. "Une fatigue nerveuse, le sentiment d'être parfois un peu dépassé ou de ne pas réussir à se concentrer sur l'essentiel", égraine l'élu sarthois.

Des journées à rallonge

Des symptômes que ressent parfois Pascal Dupuis, le maire du Grand-Lucé, notamment pendant les réunions virtuelles - "plus difficiles à suivre qu'en présentiel", selon lui. Retraité de La Poste, il avait promis à son épouse de ne travailler que l'après-midi pour la mairie. Il a réussi à s'y tenir pendant ses premiers mandats. Depuis le début de la crise sanitaire, c'est fini. "Je me lève avant ma femme, avant qu'elle parte au travail, et je reviens très tard le soir", explique Pascal Dupuis. 

Je ne me plains pas

Le maire du Grand-Lucé enchaîne les réunions avec la communauté de communes de Loir-Lucé-Bercé, le Pays Vallée du Loir, mais aussi les vacations bénévoles au centre de vaccination anti-Covid de Montval-sur-Loir "pour donner l'exemple". Pascal Dupuis se sent "fatigué et désabusé". "Je l'ai choisi, je ne me plains pas, mais c'est une constatation", précise l'élu.

Un surplus de travail

En plus du mille-feuille administratif habituel, s'ajoutent les problématiques liées à la crise sanitaire. "C'est cela qui crée le sentiment d'être au bout du rouleau et de ne plus en pouvoir", souligne Dominique Dhumeaux.

A Beaufay, la maire, Géraldine Vogel, a la sensation de toujours devoir s'en remettre à l'Etat pour prendre des décisions pour sa commune. A chaque changement de protocoles sanitaires, notamment dans les écoles, il a fallu se réadapter. Un doute subsiste encore sur les modalités de la réouverture des écoles après les vacances d'avril 2021.

Je me suis battu comme un chien enragé

Christophe Rouillon, le maire de Coulaines, a longuement eu affaire avec les services de la Préfecture de la Sarthe et de l'Agence régionale de santé avant d'ouvrir le centre de vaccination de sa commune. "Je me suis battu comme un chien enragé en harcelant parfois les autorités administratives", raconte l'élu socialiste. "Parfois, on avait l'impression qu'on nous rendait service ou qu'on nous faisait un cadeau pour faire les malins lorsqu'on demandait un centre de vaccination, mais ce n'est pas le cas !" s'emporte Christophe Rouillon. 

Eponger les angoisses des administrés

Tout au long de cette première année de crise sanitaire, les peurs et les demandes des Sarthois ont évolué. D'abord le confinement strict, puis les protocoles sanitaires changeants et la vaccination. Souvent, en particulier dans les petites communes rurales, le maire reste le premier interlocuteur de ses administrés. "On a notre propre angoisse pour nous-mêmes, nos familles, nos amis, nos proches et on est là pour écouter nos administrés et leurs angoisses et ce n'est pas toujours facile à vivre au quotidien", témoigne Géraldine Vogel.

Tous les savent : cela fait partie de la fonction. "On n'est pas là pour raconter nos problèmes, mais pour écouter ceux des autres", synthétise Dominique Dhumeaux. Le président de l'Association des maires ruraux de la Sarthe conseille aux élus qui se sentent sous l'eau de ne pas rester seuls, d'en parler aux associations d'élus locaux, comme la sienne, ou à leur équipe municipale ou intercommunale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess