Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : des séances de méditation pour les soignants au CHU de Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

La pression a été extrême pour le personnel du CHU de Dijon au plus fort de la crise de coronavirus. Pour leur apprendre à évacuer le stress, des séances de méditation leur sont proposées par trois membres du personnel. Un vrai moment pour souffler, qui répond à une demande forte.

Jean-Michel Boyer, infirmier du CHU de Dijon, anime une séance de méditation à la respiration pour apprendre à souffler à ses collègues
Jean-Michel Boyer, infirmier du CHU de Dijon, anime une séance de méditation à la respiration pour apprendre à souffler à ses collègues © Radio France - Sophie Allemand

Les soignants, particulièrement mis sous pression pendant la vague du Covid-19, ont besoin d'évacuer le stress. Au CHU de Dijon, différentes activités leurs sont proposées pour les aider à se remettre en forme, notamment des séances d'initiation à la méditation. L'initiative vient du Docteur Guillaume Chabridon en psychiatrie, Jean-Michel Boyer, infirmier en addictologie, ainsi que d'une aide-soignante elle-même professeure de yoga. Ils organisent ces séances, soutenus par la fondation de France Centre-Est, ainsi que l'établissement hospitalier.

Ces séances répondent à une réelle demande post-pandémie

Ce projet s'appelle Covimin'd : "mind" comme "conscience" en anglais, l'idée étant d'apprendre à vivre en plein conscience. Pour l'un des organisateurs, Jean-Michel Boyer, infirmier, ces séances sont une nécessité : "avec le recul il faut reprendre un peu de sérénité. Ne plus être en pilote automatique, ou se laisser submerger pas ses émotions qui ont pu être très fortes pendant cette période de crise." Selon Anne, secrétaire médicale, ces séances arrivent à point nommé : "pendant la crise, le personnel n'aurait pas eu le temps de participer à ces échanges. On était tout le temps dans l'action, pas dans le bien-être, c'est bien que ces séances arrivent après la vague."

Pendant le Covid, tous les soirs, je pensais aux masques et je n'arrivais à m'endormir. 

David Cherpitel, participant, gère les équipes de tout le secteur réanimation et les stocks de matériel médical au CHU de Dijon : "pendant le covid, tous les soirs, je pensais aux masques et je n'arrivais à m'endormir, dit-il. On en avait, on était livré, mais on était sous-tension. Je me demandais si j'avais donné assez de masques pour les soignants. Je pense que cela va me permettre de couper et de prendre du recul par rapport au travail."

Vingt minutes suffisent pour s'évader et relâcher la pression physique et mentale
Vingt minutes suffisent pour s'évader et relâcher la pression physique et mentale © Radio France - Sophie Allemand

"Pouvoir se recentrer sur nous-mêmes, pour mieux prendre soin des autres"

Après s'être présentés, les sept participants encore en blouse de l'hôpital pour la plupart, écoutent l'animateur. Après vingt minutes assis sur une chaise, à se concentrer sur-eux mêmes et leur respiration, chacun donne son avis. "Cela donne plein d'énergie, on commence sa journée de travail détendue, ça fait plaisir et surtout c'est bien mieux pour les personnes dont on va prendre soin," explique Véronique, infirmière en salle de réveil. 

David Cherpitel gère les équipes de tout le secteur réanimation et les stocks de matériel médical au CHU de Dijon. Il a passé des nuits compliquées pendant le pic de la crise.
David Cherpitel gère les équipes de tout le secteur réanimation et les stocks de matériel médical au CHU de Dijon. Il a passé des nuits compliquées pendant le pic de la crise. © Radio France - Sophie Allemand

David est ravi, "ça permet de se recentrer, de prendre quelques minutes, respirer pour pouvoir repartir sur de bonnes bases pour travailler," dit-il. Il espère que cela va créer un mouvement : "dans nos rôles de soignants, on est là pour aider et on ne prend pas assez de temps pour nous. C'est peut-être ce que va nous apporter la crise du Covid finalement : prendre plus soin de nous, pour mieux prendre soin des autres."

Alors, comment se sentent les soignants après une séance, avant de retourner au travail ? Ecoutez leurs retours

"On commence le travail détendu, et c'est bénéfique pour les personnes dont ont va prendre soin" : une soignante

Pour l'instant, il y a deux séances d'initiation par semaine, pour les faire tester par chaque pôle de l'hôpital jusqu'à fin août. Les organisateurs souhaiteraient faire perdurer l’initiative. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess