Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Emmanuel Macron veut rassurer les soignants de Seine-Saint-Denis

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le président de la République s'est rendu dans une maison de santé de Pantin pour échanger avec le personnel soignant. Le manque de moyens de protection dans le 93 est revenu souvent sur la table des échanges avec le chef de l'État.

Emmanuel Macron à la rencontre du personnel soignant de la maison de santé de Pantin dans le 93
Emmanuel Macron à la rencontre du personnel soignant de la maison de santé de Pantin dans le 93 © AFP - GONZALO FUENTES

Emmanuel Macron a rencontré, ce mardi, le personnel soignant d'une maison de santé pluridisciplinaire de Pantin, en Seine-Saint-Denis. C'est l'un des départements les plus touchés par le coronavirus. Portant un masque chirurgical, comme c'est obligatoire pour toutes les personnes entrant dans l'établissement, Emmanuel Macron a discuté des conditions d'accueil des patients et du travail des soignants.

Apporter plus de moyens

Un responsable lui a expliqué qu'ils manquaient de certains équipements de base, avec "de grosses difficultés pour les surblouses". "Je n'en n'ai pas assez", a témoigné une infirmière, en indiquant qu'elle lavait ses deux blouses "tous les soirs" pour les porter à tour de rôle. Le chef de l'État lui a répondu qu'elles faisaient un travail "formidable" et que l'Etat cherchait à les "soulager" en "démultipliant" la production et les importations. 

"Même les plans les mieux pensés n'avaient pas envisagé que les pays seraient touchés en même temps", a-t-il ajouté pour justifier le déficit de masques et d'équipements. "Ce qu'on pensait sans valeur il y a six mois ou un an, d'un seul coup" est devenu rare, selon lui.

Ne pas oublier les autres maladies

La visite de cette maison de santé a été l'occasion de "mettre en exergue le recours massif à la télémédecine depuis le début de la crise et les synergies positives créées entre la médecine de ville et l'hôpital", a indiqué l'Elysée. Emmanuel Macron a insisté sur le fait qu'il ne fallait "pas oublier les autres maladies": "Il est très important, dans cette période, de continuer à aller voir le médecin, l'infirmière, quand on a une maladie chronique".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess