Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus en Bretagne : ce qui se cache derrière l'augmentation des cas

Depuis la mi-juillet le nombre de cas de coronavirus est reparti à la hausse en Bretagne. De nouveaux foyers épidémiques ont été détectés dans la région. Pourtant, alors que le nombre de tests augmente, le taux de positivité diminue.

Les dépistages ont augmenté en Bretagne en 15 jours.
Les dépistages ont augmenté en Bretagne en 15 jours. © Maxppp - Maxppp

"Il n'y a pas de quoi s'alarmer" disait la préfète de Bretagne, Michèle Kirry le 21 juillet dernier à propos de l'épidémie de coronavirus dans la région

De nouveaux foyers épidémiques se sont pourtant déclarés. La situation de Quiberon a attiré toutes les caméras de télévision sur la côte morbihannaise. La région est même passée en rouge il y une dizaine de jours à cause de son taux de reproduction élevé du virus. 

De plus en plus de tests ces 15 derniers jours

Il y a un pourtant des chiffres qui doivent rassurer les Bretons. Depuis le 4 mai, selon l'ARS, plus de 122.600 tests PCR ont été réalisés en Bretagne dont 47.000 entre le 13 et le 26 juillet. Le Finistère est en tête avec près de 15.000 tests en deux semaines. Ils sont liés à la découverte de plusieurs foyers dans le département. Derrière on retrouve l'Ille-et-Vilaine avec près de 14.000 tests en laboratoire, un peu moins de 8.800 dans les Côtes-d'Armor et un peu plus de 8.300 dans le Morbihan.

Le taux de résultats positifs n'était que de 1,5% entre le 13 et le 19 juillet alors que 50% de tests en plus avaient été réalisés par rapport à la semaine précédente. Entre le 20 et le 26 juillet, alors que le nombre de prélèvements augmentait encore, le taux de positivité est lui descendu à 0,9%.

Le seuil de vigilance est loin d'être atteint

Moins d'un breton ou d'un vacancier testé sur cent était donc positif au Covid-19 la semaine dernière. Or, selon la direction générale de la santé, le seuil de vigilance est activé dans une région à partir de 5%. La Bretagne en est loin. 

En résumé, le nombre de cas détectés augmente et le nombre de tests aussi. En revanche, il n'y a pas plus de patients malades parmi les personnes soumises à des prélèvements. Cela ne doit pas nous empêcher de rester vigilants et de continuer à appliquer les gestes barrières afin de limiter la circulation du virus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess