Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus en Bretagne : déjà plus d'un milliard d'euros de pertes pour le tourisme

La fermeture des établissements touristiques pendant la crise sanitaire et le démarrage poussif de la saison estivale coûtent beaucoup d'argent au tourisme en Bretagne.

La place du centre à Lannion (Côte-d'Armor) avec ses maisons mitoyennes, en torchis et à colombages, le 11 juillet 2020. Peu de monde en terrasse pendant l'épidémie de coronavirus.
La place du centre à Lannion (Côte-d'Armor) avec ses maisons mitoyennes, en torchis et à colombages, le 11 juillet 2020. Peu de monde en terrasse pendant l'épidémie de coronavirus. © Radio France - Aurélie Lagain

L'épidémie de coronavirus a retardé l'arrivée des touristes en Bretagne. Pendant le confinement, les hôtels, gîtes, campings et restaurants sont restés fermés, entraînant d'importantes pertes de chiffre d'affaires à leurs propriétaires. "Il faut se dire que de mars à juin, le tourisme breton a perdu environ 1 à 1,2 milliards d'euros," a indiqué ce samedi 18 juillet sur franceinfo, Anne Gallo, présidente du comité régional du tourisme en Bretagne. 

"On ne rattrapera pas un début de saison difficile, ce qui est important c'est d'élargir la saison le plus possible. Les professionnels bretons se mobilisent pour essayer d'offrir des services sur le long terme pour essayer d'avoir des retombées économiques plus larges," confie l'élue.

Ces derniers jours, la région s'est retrouvée sous le feu des projecteurs à cause d'un taux de reproduction du virus élevé. "C'est une évolution qui n'est pas forcément favorable mais qui peut revenir en arrière de jour en jour. Ce qui est important, c'est de réitérer les messages de prévention", a-t-elle prévenu. "Il faut impérativement porter le masque. Il faut respecter les gestes barrières et c'est dans ce sens que nous essayons de communiquer." 

La situation sanitaire actuelle n'inquiète pas Anne Gallo. "La Bretagne est une terre d'espace où il y a peu de densification. C'est une destination privilégiée pour les Françaises et les Français. Nous avons noté des taux de réservation de 65% en juillet et en août. Ce sont les touristes de dernière minute qui pourraient être hésitants mais nous voulons être rassurants."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess