Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus en Gironde : "On a retardé la propagation de l'épidémie, on ne l'a pas arrêtée"

-
Par , France Bleu Gironde

Les mesures prises ces dernières semaines ont permis de ralentir l'épidémie en Gironde. Mais le coronavirus est toujours présent et touche de plus en plus les personnes âgées, expliquent la préfète Fabienne Buccio et le directeur de l'ARS Nouvelle-Aquitaine Benoît Elleboode.

Le directeur de l'ARS Nouvelle-Aquitaine Benoît Elleboode et la préfète de la Gironde Fabienne Buccio.
Le directeur de l'ARS Nouvelle-Aquitaine Benoît Elleboode et la préfète de la Gironde Fabienne Buccio. © Radio France - Camille Huppenoire

Si la métropole bordelaise a échappé à la mise en place d'un couvre-feu, elle le doit à l'attitude des habitants face aux mesures prises ces dernières semaines, assure la préfète de la Gironde Fabienne Buccio ce jeudi 15 octobre. "Les mesures que nous avons prises ont eu un réel impact sur la population, qui les a approuvées, en les respectant. On a obtenu des effets grâce au comportement de la population, des effets qu'on peut qualifier de positifs mais qui ne sont peut-être que temporaires." La préfète prévient : "Il ne faut pas se relâcher. On a retardé la propagation de l'épidémie, on ne l'a pas arrêtée." Le taux d'incidence chez les plus de 65 ans est notamment un motif d'inquiétude dans le département. 

Pour l'ARS, "l'avenir n'est pas serein"

Benoît Elleboode, directeur général de l'ARS Nouvelle-Aquitaine, s'inquiète du taux d'incidence, c'est-à-dire du nombre de cas, chez les personnes âgées.  "Le taux d'incidence chez les plus de 65 ans augmente, et fortement (...) on a très peur, évidemment, que ce taux d'incidence élevé ait des conséquences sur les ressources hospitalières d'ici 15 jours." La métropole de Bordeaux n'est pas à l'abri d'une nouvelle dégradation et donc de mesures plus sévères. "Tous les indicateurs (...) nous font dire que l'avenir n'est pas serein" poursuit Benoît Elleboode, qui souligne néanmoins les capacités des hôpitaux girondins, qui ne sont pas encore saturés comme dans d'autres métropoles. 

Les vacances de la Toussaint pourraient-elles favoriser la circulation du coronavirus et amener de nouveaux cas en Gironde ? Non, répond la préfète, pour qui le flux touristique n'est pas source d'inquiétude. "Je crois qu'on est capables de recevoir de la population d'autres départements. Simplement, il faut qu'elle respecte les gestes barrières. Si elle le fait, il n'y a aucune raison d'être inquiets."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess