Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus en Gironde : "un second tour des municipales en juin n'est pas crédible" selon Philippe Poutou

-
Par , France Bleu Gironde

Philippe Poutou candidat du NPA et de La France Insoumise aux élections municipales à Bordeaux et qualifié pour le second tour était l'invité de France Bleu ce mercredi matin. Pour lui, voter dès le mois de juin n'est pas crédible.

Philippe Poutou, candidat aux municipales à Bordeaux
Philippe Poutou, candidat aux municipales à Bordeaux © Radio France - Aurélie BAMBUCK

Philippe Poutou, candidat avec sa liste "Bordeaux en Luttes !" à la mairie de Bordeaux était l'invité de France Bleu Gironde et France Bleu Périgord ce mercredi matin. Le candidat du NPA et de La France Insoumise, qualifié pour le second tour des élections à Bordeaux, est d'abord revenu sur le contexte du moment, le prolongement du confinement jusqu'au 11 mai en pleine épidémie de coronavirus.

La reprise des écoles nous paraît dingue

"Le prolongement du confinement est la moins mauvaise solution. D'ailleurs, même la date du 11 mai apparaît relativement précoce et sans préparation. La reprise des écoles notamment nous paraît dingue, alors qu'on sait que regrouper les enfants, cela met en danger le personnel enseignant donc beaucoup d’impréparation visiblement" estime le candidat.

"Il y a une priorité qui semble être le redémarrage de l'économie, et de la machine à profit pour les patrons avant la santé de la population, donc oui il y a pas mal de problèmes posés" poursuit Philippe Poutou.

Réécoutez l'interview de Philippe Poutou

"Les salariés ont déjà fait des efforts depuis des tas d'années, de décennies. Il faudrait changer les rôles aujourd’hui, c'est au patronat, à ceux qui encaissent les profits énormes de payer. Le problème, c'est que les politiques ultralibérales ont condamné les services publics, ont renforcé l'ampleur de l'épidémie, en faisant en sorte qu'il n'y ait plus de services hospitaliers à la hauteur. Donc il faudrait se poser le problème de comment on finance une politique qui réponde aux besoins sociaux, donc c'est aux capitalistes de payer sinon on est toujours dans la même logique" estime le candidat à la mairie de Bordeaux.

Un second tour au mois de juin ?

Dans ce contexte, faut-il organiser dès le mois de juin le second tour des municipales comme cela a été évoqué ? 

"C'est vrai qu'à Bordeaux il y a une sorte de suspens, on attend le deuxième tour, on se dit qu'il faut une suite, mais cela apparaît prématuré, voter en juin, cela ne me paraît pas crédible, il y a une situation dramatique d'un point de vue sanitaire et humanitaire. On sait qu'il y a des personnes à la rue, il y a des urgences sociales qui ne permettent pas de discuter sérieusement d'un redémarrage des municipales" estime Philippe Poutou.

"Pour voter à l'automne, cela dépendra de la situation. Il y a d'abord l'urgence sanitaire. Même si les municipales sont des moments politiques où l'on peut discuter et défendre des programmes. D’ailleurs nous défendions l'importance des services publics, de la redistribution des richesses" explique Philippe Poutou.

"C'est vrai que les municipales permettrait de relancer les discussions politiques, mais aujourd'hui l'urgence c'est de savoir comment on fait face à l'épidémie, il y a des urgences pour lesquelles il faut des réponses politiques" conclut le candidat à la mairie de Bordeaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess