Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "On est médecin toute notre vie", un retraité creusois appelé en renfort

-
Par , France Bleu Creuse

En Creuse, des médecins et des infirmiers retraités reprennent du service pour lutter contre le coronavirus. Le docteur Roger Bottet, a été pendant 30 ans le généraliste de Chénérailles. En ce moment, il prête main-forte au Samu deux matinées par semaine.

Le Dr Roger Bottet vient en renfort au samu deux matinées par semaine. (image d'illustration)
Le Dr Roger Bottet vient en renfort au samu deux matinées par semaine. (image d'illustration) © Radio France - Xavier Louvel

A 68 ans, le docteur Roger Bottet pourrait profiter d'une retraite bien méritée. Pendant 30 ans, il a été médecin généraliste à Chénérailles. Il a aussi été gynécologue à Aubusson. En octobre 2019 il a cessé son activité. Pourtant, face à l'épidémie de coronavirus, il a décidé de se retrousser les manches pour soutenir ses collègues. Deux matinées par semaine, il vient en renfort au Samu de la Creuse. 

Le docteur Bottet reçoit les appels, conseille et oriente

Le docteur Bottet intervient au sein de la régulation du Samu. "Il y a quatre ou cinq postes téléphoniques, on me passe tout ce qui est médecine générale, conseils et renseignements aux patients." Pendant ce temps les autres médecins du Samu peuvent se concentrer sur les missions les plus pointues. Il s'agit d'un renfort qui peut soulager les équipes, très sollicitées depuis le début de l'épidémie.

Le docteur Bottet se dit prêt à venir plus souvent, voire à accepter des missions au contact des patients. "On a un métier très particulier, confie-t-il, on est médecin toute sa vie, on est médecin jusqu'au bout des doigts. Même quand on est en vacances..."

La nécessité de se protéger

Le docteur Bottet reste néanmoins conscient des dangers : "J'ai 68 ans, il faut être lucide, on est comme les autres". Le praticien sous-entend qu'il pourrait parfaitement contracter le virus, s'il se retrouve en contact avec des patients. "J'en ai discuté avec mon épouse, je pense à elle aussi. Mais vraiment, ça ne me serait pas venu à l'idée de rester dans mon coin vu les circonstances", explique-t-il.

Il prend lui-même "des précautions maximum". Il ne sort plus de chez lui, hormis pour se rendre au Samu. En procédant ainsi, le docteur Bottet se protège, mais veut surtout éviter de contaminer son entourage : "Ma voisine de 90 ans, je l'appelle au téléphone, mais je ne vais plus la voir", indique-t-il. 

40 000 professionnels à la retraite depuis moins de 5 ans 

Roger Bottet n'est pas le seul praticien retraité à se retrousser les manches. Partout en France, le Conseil national de l’Ordre des médecins prend contact avec des anciens soignants pour leur proposer de faire partie de la réserve sanitaire, face au coronavirus.

40 000 professionnels, à la retraite depuis moins de 5 ans pourraient être mobilisés.
 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu