Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "On est obligé de bricoler, on n'est pas équipé" alerte un médecin

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

En pleine épidémie de coronavirus, les médecins alsaciens font face à une pénurie de masque de protection. Le docteur Claude Bronner, président de la Fédération des médecins de France Grand Est, installé à Strasbourg critique un manque d'anticipation des autorités sanitaires.

Docteur Claude Bronner, président de la Fédération des médecins de France Grand Est.
Docteur Claude Bronner, président de la Fédération des médecins de France Grand Est. © Radio France - Julien Penot

"Les masques ? Il faut déjà en avoir et beaucoup de médecins n'en n'ont plus", constate le docteur Claude Bronner derrière son bureau à Strasbourg. Le président de la Fédération des médecins de France Grand Est pointe du doigts un manque d'anticipation de la part des pouvoirs publics. 

Des médecins démunis

C'est donc l'école de la débrouillardise dans plusieurs cabinets de médecins. "On est obligé de bricoler, on est pas équipé, on comptait sur la Chine, on a vu ce que cela a donné...", décrit le docteur. Certains de ses confrères en viennent même à utiliser des masques périmés, datant de l'épidémie de H1-N1 de 2009. Claude Bronner espère lui en recevoir de nouveaux dans le courant de la semaine. 

Pénurie de masque de protection pour les médecins

Sans protection, le praticien tente tant bien que mal de diminuer les risques de contamination : "Je ne sers plus la main aux patients, ni à mes proches. Quand j'ouvre une porte, j'essaye de ne pas trop toucher la poignée et je les nettoie." A part ces quelques règles d'usages, le médecin avoue ne pas pouvoir faire plus. 

La téléconsultation plutôt que les salles d'attente

Claude Bronner le martèle : en cas de doute sur une probable contamination ne vous rendez pas chez votre médecin traitant. "Si vous avez des problèmes respiratoires, il faut consulter. Mais pas aller dans la salle d'attente où il y a beaucoup de monde, il faut appeler son médecin pour une téléconsultation", conseille Claude Bronner.

C'est complètement stupide d'aller consulter à l’hôpital !" - Claude Bronner, médecin généraliste  

Le pire est de choisir l'hôpital. "Les urgences sont surchargées et c'est vraiment rendre un très très mauvais service à tous le monde", déclare le docteur. Cela ne ferait qu'aggraver la situation selon le médecin. Le mieux reste, dans un premier temps, d'appeler le 15.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess