Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus et confinement : des places supplémentaires pour les sans-abris dans le Loiret

-
Par , France Bleu Orléans

La préfecture du Loiret précise les mesures prises pour l'accueil, la prise en charge, et le ravitaillement des personnes sans-abris, une population particulièrement fragile face à l'épidémie de coronavirus. L'objectif : accueillir toutes les personnes à la rue, et continuer à garder le contact.

Un lieu de vie installé par un sans-abri à Strasbourg (photo d'illustration)
Un lieu de vie installé par un sans-abri à Strasbourg (photo d'illustration) © Radio France - Corinne Fugler

Mettre à l'abri les personnes sans domicile fixe est un enjeu important, de nombreuses associations qui assurent des maraudes ou bien qui accueillent ces personnes ont alerté sur leur grande fragilité face à l'épidémie de coronavirus, ces derniers jours. 

La préfecture du Loiret assure que toutes les personnes qui appellent le 115, le numéro d'urgence pour l'hébergement se voient proposer une solution. Une quarantaine de place supplémentaires ont été débloquées sur la métropole d'Orléans. "Dans des lieux suffisamment vastes pour assurer le respect des mesures de distanciation sociale et les mesures barrières face à l'épidémie" assure la préfecture. 

Une quinzaine de places pour ceux qui ont des chiens

Une quinzaine de places sont aussi prévues pour les sans domiciles fixes qui ont des chiens et qui ne veulent pas s'en séparer, à Orléans et Montargis. A Orléans, c'est au gymnase Gaston Couté, près de l'avenue Jean Zay. Les personnes sans-domicile fixe peuvent venir avec leur tente, et l'espace est là encore suffisamment grand pour que les mesures de distanciation soient respectées.

Un centre d'accueil pour les malades à Beaugency

Autre mesure : l'ouverture d'un centre d'accueil pour les personnes contaminées ou pour les suspicions de cas de coronavirus. Il s'agit de l'ancienne maison de retraite de Beaugency, sur le site de l'hôpital, où un médecin et une infirmière seront présents. Ce centre-là peut accueillir 80 personnes, deux à ce jour y ont été envoyées.

Même si les maraudes continuent, certains lieux d'accueil de jour, comme le Relais Orléanais, ont dû fermer. L'association malgré tout continue à distribuer des sandwichs tous les midis à l'heure des repas, devant son local du faubourg Madeleine. Les lieux d'accueil de nuit ont donc rallongé leurs horaires et fournissent des repas.

Faire passer l'information, et convaincre

Mais il y a une difficulté : c'est de faire passer le message aux personnes sans domicile fixe, souvent loin de l'information, et difficiles aussi à convaincre. 

Ce mardi 24 mars au soir, Jérôme Schenck, de l'association les Mains Tendues, qui fait régulièrement des maraudes à Orléans, raconte avoir parlé à ceux qu'il a croisé de ces places supplémentaires d'hébergement. Mais sur une vingtaine de personnes rencontrées dans la rue, deux seulement ont accepté de s'y rendre. 

La peur de la proximité, l'angoisse, pour ceux qui ont des chiens, que les bêtes ne s'entendent pas avec celles des autres. L'habitude, aussi, et la peur de perdre son lieu de vie, pour certains, qui vivent par exemple sous le pont Thinat, à Orléans, expliquent ces réticences. 

"Nous avions demandé que ceux qui ne veulent pas bouger puissent avoir accès à des douches, ou à un point d'eau, pour appliquer les gestes barrière" explique Jérôme Schenck. 

Un appel dans les instituts de formation des travailleurs sociaux

La préfecture travaille aussi avec les instituts de formation des travailleurs sociaux, dans le Loiret, pour qu'ils lancent un appel au volontariat auprès de leurs étudiants. Pour effectuer des maraudes, des distributions de repas, ou bien pour prendre en charge les sans-abris dans les centres d'hébergement. 

Car le personnel manque dans les associations, soit parce qu'il y a des malades chez les travailleurs sociaux, soit parce que certains restent à la maison pour garder leurs enfants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu