Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus et crise économique : les demandes de RSA en hausse de 4% en Gironde

-
Par , France Bleu Gironde

La crise sanitaire du coronavirus se double d'une crise économique. Elle est déjà visible en Gironde, annonce le président socialiste du Conseil départemental, Jean-Luc Gleyze. Les demandes de RSA sont en hausse de 4% dans le département.

La précarité s'accentue en Gironde  avec l'épidémie de coronavirus, selon le président du Conseil départemental, Jean-Luc Gleyze
La précarité s'accentue en Gironde avec l'épidémie de coronavirus, selon le président du Conseil départemental, Jean-Luc Gleyze © Radio France

Jean-Luc Gleyze, président socialiste du Conseil départemental de la Gironde, était l'invité de France Bleu Gironde, ce mercredi matin. Un président inquiet de voir la précarité gagner du terrain dans son département, en marge de la crise sanitaire du coronavirus. Les demandes de RSA sont déjà en hausse de 4% en Gironde.

"Et les situations sont révélatrices de la crise économique consécutive à la crise sanitaire", précise Jean-Luc Gleyze, avec des demandes qui viennent d'auto-entrepreneurs dont l'activité était trop récente pour se relever et "aujourd'hui sans revenus", de travailleurs indépendants également ou encore d'entreprises liées au tourisme, et enfin de tous ces travailleurs qui se sont retrouvés sans emploi du jour au lendemain. 

"J'ai en tête le cas d'un papa, explique le président du Département, avec deux enfants à charge et dans l’impossibilité complète de faire face, obligé de faire appel à l’aide alimentaire. Il y a une accentuation des situations de difficulté, de précarité aujourd’hui déjà et certainement dans les semaines et les mois qui viennent." Préoccupation de Jean-Luc Gleyze qui fait partie des 19 présidents socialistes de départements, signataires d'une tribune, le mois dernier, pour réclamer la mise en place d'un revenu universel pour les plus précaires.

Tensions pour l'approvisionnement en masques

Jean-Luc Gleyze revient également sur la polémique concernant la pénurie de masques, pointée du doigt notamment par certaines assistantes maternelles girondines. Il assure que le Conseil départemental met des masques chirurgicaux à disposition : "j'ai fait renforcer la dotation dans les maisons de la Solidarité après ces signalements. Elles vont donc pouvoir en avoir plus si elles le souhaitent à partir de la semaine prochaine." Mais sur une durée limitée, précise-t-il, puisque l'objectif est d'équiper la profession de deux masques tissus.

Ce qu'il faut que les gens comprennent aussi, c'est que nous ne sommes ni fabricants, ni importateurs, ni distributeurs de masques, ni logisticiens avec nos camions" - Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de la Gironde

Jean-Luc Gleyze reconnaît une "forte tension du marché" du masque en tissus. "Il est assez compliqué de s'approvisionner. Nous avons encore eu deux arrivages ces deux derniers jours (mardi et mercredi, NDLR), qui sont en train d'être distribués", explique-t-il. Le président du Conseil départemental tient aussi à rappeler la mission de la collectivité : "le Département n’a pas obligation de fournir les masques à part à ses propres personnels. Malgré tout, nous essayons, dans des actions de volontarisme, d’être aux côtés des Girondines et des Girondins pour les protéger au mieux".

30% des collégiens girondins de retour en classe

Enfin, Jean-Luc Gleyze est revenue sur la rentrée dans les 105 collèges girondins, ce lundi 18 mai. Avec "80% des agents du Département présents pour nettoyer, organiser les espaces et assurer la restauration" et "un nombre relativement réduit d'élèves", environ 30%, "ce qui permet plus facilement le respect des gestes barrière"

Grâce notamment aux protocoles sanitaires départementaux qui viennent compléter les protocoles nationaux : désinfection des toilettes et des zones contact quatre fois par jour, là où les recommandations nationales stipulent de le faire deux fois, repas froids servis dans la plupart des établissements pour réduire au maximum les contacts entre les agents et les élèves, contrôles de surface réalisés dans 73 des 105 collèges girondins pour assurer au mieux la désinfection des locaux.

Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de la Gironde, invité de France Bleu ce mercredi matin

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu