Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus et déconfinement : le préfet des Alpes-Maritimes détaille les règles

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Azur

Port du masque, dépistage des malades, accès au littoral, déplacements et même pratique de la pétanque : le préfet des Alpes Maritimes, l'Agence régionale de santé et les instances économiques dressent un bilan du confinement et précisent l'après.

Bernard Gonzalez, préfet des Alpes-Maritimes
Bernard Gonzalez, préfet des Alpes-Maritimes © Radio France - France Bleu Azur

Le préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalès, a précisé les règles du déconfinement dans le département et la poursuite du plan de lutte contre le coronavirus. Le port du masque va se généraliser dans l'espace public, il sera obligatoire dans les transports,  les déplacements seront autorisés sans attestation jusqu'à 100 km de son domicile, il n'y aura plus de couvre feu. Les marchés vont rouvrir, mais il faudra respecter les gestes barrières tout comme dans les centres commerciaux Cap 3000 ou Polygone Riviera, ainsi que dans les parcs et jardins. Les aires de jeux pour enfants resteront inaccessibles pour le moment, comme ceux qui se trouvent sur la coulée verte à Nice.

19 patients encore en réanimation dans le département

Pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, "le confinement a été efficace" affirme Romain Alexandre, directeur de l'Agence Régionale de santé en PACA. A ce jour, 19 patients sont hospitalisés dans des services de réanimation dans les Alpes-Maritimes, ce "nombre baisse depuis plus de quinze jours". Avec le déconfinement, il faudra continuer à respecter les gestes barrières scrupuleusement. L'accent sera mis sur le dépistage des malades avec des prélèvements réalisables sur une trentaine de sites du département pour les personnes présentant des symptômes et leurs contacts. L'identification des malades se fera avec l'aide des médecins généralistes, autorisés à chercher les cas contacts dans la cellule familiale. 70 agents de l'Assurance Maladie mèneront l'enquête sur  les cas contacts en dehors de la cellule familiale, pour leur prise en charge rapide. L'ARS sera mobilisée en cas de contamination dans une école ou une collectivité. Les personnes infectées et leurs contacts seront invités à s'isoler pour éviter la propagation du virus. 

Concernant les Ehpads, l'ARS compte sur les soutien des services hospitaliers, des équipes  mobiles gériatriques qui peuvent renforcer le personnel d'un établissement, l'accroissement du recours aux services d'infirmiers à domicile,  aux médecins libéraux et aux services d'hospitalisation à domicile. 

Port du masque dans l'espace public 

Les arrêtés municipaux sur le port du masque sont examinés par les services de la préfecture. Interrogé sur l'arrêté pris par le maire de Nice qui concerne le port du masque sur la voie publique, le préfet Bernard Gonzalès répond qu'il "sera examiné scrupuleusement d'ici lundi mais je suis confiant". Il précise que cet arrêté ne doit pas être trop général, ni trop restrictif dans la durée ou l'espace, "mais le fait que la population ait reçu des masques de la part de la ville réduit la contrainte qui pèse sur le citoyen" ajoutele préfet.Dans les transports publics, où le masque sera obligatoire, il y aura des contrôles pour vérifier qu'il est bien porté.

Les accès aux plages et au littoral restent interdits

Si l'activité de la plaisance de loisir est autorisée, au départ des ports par la préfecture maritime, les accès aux plages sont encore interdits. Toutefois, sur demande d'un maire, le préfet peut autoriser cet accès mais avec des règles strictes pour respecter la distanciation sociale : "le maire devra me transmettre un dossier dans lequel seront définies les mesures de précaution qui s'imposent, ça dépendra des configurations des plages."

On peut imaginer une utilisation dynamique de la plage, avec des promeneurs, la pratique d'un sport nautique individuel, mais le bain de soleil statique sera interdit. Nous ferons des vérifications sur place, des aménagements, ça va demander un peu de temps.  On peut penser que les plages rouvrent le week-end prochain. 

Les plages privées en revanche restent fermées. 

Déplacements autorisés entre Monaco et les Alpes-Maritimes

La circulation des Monégasques sera possible jusqu'à 100 km dans les Alpes-Maritimes, et les Maralpins pourront se rendre en Principauté. 

Le passage par l'Italie des habitants de la vallée de la Roya sera toujours interdit. Les autorités italiennes refusent le passage par Vintimille et il faut donc emprunter le col de Sospel par exemple pour se rendre de la vallée sur le littoral Azuréen, ce qui rallonge les trajets. Des exceptions sont en vigueur pour les forces de l'ordre, pompiers, et les personnes qui doivent se faire soigner. "Des discussions diplomatiques sont en cours entre la France et Rome" précise le directeur de cabinet du préfet, Jean-Gabriel Delacroy.  

Les hôtels pourront accueillir des clients qui se déplacent dans le périmètre des 100 km mais sans leur servir de repas ni de petit-déjeuner. 

La pétanque autorisée à l'extérieur

Bonne nouvelle pour les amateurs de pétanque. On pourra y jouer à l'extérieur dans le département, si l'on est moins de 10 rassemblés, et sans s'agglutiner autour du cochonnet. En revanche, la pétanque dans un clos fermé ou dans un gymnase sera pour le moment prohibée.

Mesures de soutien aux entreprises et chômage partiel

Près de 28 000 entreprises des Alpes-Maritimes ont sollicité des mesures de chômage partiel pour 192 254 salariés. Un salarié sur deux a été ou est encore au chômage partiel dans le département, on atteint le pic à la fin de ce confinement. Dans le secteur de la restauration et de l'hôtellerie, le chômage partiel concerne 3804 restaurants et 684 hôtels, soit 31 825 salariés. Pour les restaurants, les mesures de chômage partiel se poursuivent jusqu'à ce qu'ils puissent rouvrir. 

Avec la baisse de l'activité économique pendant le confinement, 3000 entreprises du département ont demandé un report de charges fiscales pour un montant de 41 millions d'euros et 67 000 entreprises ont demandé des reports de charges sociales pour 170 000 salariés, et un montant de 300 millions d'euros. 

6000 entreprises du département ont demandé des prêts à taux zéro garantis par l'Etat (dans 90 % des cas ces prêts sont accordés). Les entreprises sont actuellement aidées grâce au fonds de solidarité : 1500 euros par mois pour les entreprises qui enregistrent une perte d'activité ( somme versée en mars,avril et en mai). La région propose aussi un fonds d'aide qui peut aller jusqu'à 10 000 euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess