Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : face à la peur de manquer de vivres, certains supermarchés dévalisés

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Au lendemain de l'allocution du président de la République, Emmanuel Macron, sur l'épidémie de coronavirus en France, certaines grandes surfaces ont été dévalisées. Inquiètes, certaines personnes sont allés faire des stocks. Les rayons pâtes, riz et papier toilette sont notamment touchés.

Le rayon pâtes de cette grande surface est totalement vide au lendemain des annonces du président de la République sur l'épidémie de coronavirus en France.
Le rayon pâtes de cette grande surface est totalement vide au lendemain des annonces du président de la République sur l'épidémie de coronavirus en France. © Radio France - Bastien Thomas

"Je préfère être prévoyant" explique Sébastien, 35 ans, aux commandes de son chariot rempli à ras-bord. Après le discours d'Emmanuel Macron ce jeudi soir sur le coronavirus en France, lui et son épouse ont décidé de remplir totalement leur placard et se préparent au pire. Sur les parkings des grandes surfaces de Chambéry, le coronavirus n'est pas bien loin au moment de faire les courses.

Il faut dire que Sébastien a vu gros. "On a prévu des courses pour six semaines à minima. Rien de bien méchant, on a juste augmenté les quantités mais on s'y attendait un petit peu à cette situation" continue-t-il en chargeant pâtes, riz, biscuits, papier toilettes ou encore nourriture pour chien dans le coffre de sa voiture. Ce père de famille se justifie aussi par sa situation : "on a aussi des enfants en bas âge, il faut faire attention car il y a déjà des ruptures dans certains magasins".

Les enfants, ça mange !

L'une des mesures fortes qui ressort du discours du président, c'est la fermeture de tous les établissements scolaires du pays. La semaine prochaine et jusqu'à nouvel ordre, les enfants seront chez eux toute la journée si les parents peuvent les garder. Et il faut les nourrir. Julia, 32 ans, a fait "un peu plus" de courses car elle s'occupera de ses enfants la semaine prochaine. Mais elle ne s'inquiète pas plus de la situation.

Marine, 45 ans, a aussi ses enfants, étudiants sur Paris et Lyon, qui seront de retour à la maison familiale la semaine prochaine. "Là j'ai fait des grosses courses mais c'est surtout d'un point de vue organisationnel, pas parce que j'ai peur de manquer. Mes grands enfants reviennent ce week-end car les universités sont également fermées". 

Protéger ses proches

Et puis il y a Bernadette, 68 ans. "J'ai fait volontairement un peu plus de courses. Mais c'est pour ma maman qui a 92 ans. Il est hors de question pour elle d'aller faire des courses et de sortir de chez elle maintenant" dit-elle. "J'ai pris du miel, du dentifrice, des poireaux et quelques boîtes de soupes lyophilisées" continue-t-elle. 

Symbole de ces achats massifs : les pâtes. Le rayon du supermarché où les clients interrogés ont fait leurs courses est vide. Image plutôt rare pour ce type de produit. Marie, 65 ans, a mis quatre paquets "sans gluten" dans son sac pour ne pas en manquer si jamais elle devra rester confinée dans sa maison.

Dans certaines grandes surfaces de Chambéry, il y a même eu des files d'attente interminables de clients, victimes "d'achats de panique" à cause de l'épidémie de coronavirus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu