Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : un douzième cas confirmé en France, réunion au ministère de la Santé mardi

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu, France Bleu Paris, France Bleu Pays de Savoie
France

Suite au premier décès d'une personne atteinte du coronavirus en France vendredi soir, un douzième cas est confirmé ce samedi soir, selon le ministère de la santé. La ministre Agnès Buzyn annonce la tenue d'une réunion mardi pour tenter de faire face à un risque de "diffusion pandémique".

La ministre de la santé annonce une réunion mardi à son ministère pour faire le point sur le coronavirus
La ministre de la santé annonce une réunion mardi à son ministère pour faire le point sur le coronavirus © Maxppp - Fred Dugit

La France compte désormais un douzième cas confirmé de coronavirus COVID-19, a annoncé ce samedi 15 février le ministère de la Santé. Il s'agit d'un homme de nationalité britannique qui avait "séjourné dans le chalet des Contamines-Montjoie" (Haute-Savoie), précise le communiqué.

"Le patient est demeuré en isolement strict dans un hôpital référent à Lyon depuis samedi dernier, conformément à la procédure de surveillance renforcée des cas contacts", assure le ministère de la Santé. L'état de santé de ce patient "n'inspire pas d'inquiétude à ce jour".

Il s'agit du douzième cas confirmé en France, "dont six dans le cadre d'une contamination groupée, dans un chalet des Contamines-Montjoie". Cinq personnes, dont un enfant, ont contracté le coronavirus alors qu'ils résidaient dans le même chalet qu'un Britannique qui revenait de Singapour et qui leur a transmis le coronavirus.

Réunion mardi au ministère de la Santé

Après le premier décès d'un patient diagnostiqué du coronavirus en France vendredi soir, la ministre de la santé Agnès Buzyn va convoquer mardi prochain les représentants des professionnels hospitaliers et des professionnels de santé de ville pour faire face à "une éventuelle diffusion pandémique du virus et donc une circulation du virus sur le territoire national".

"Nous suivons donc de très près la situation internationale, comme nous le faisons depuis plusieurs semaines" a ajouté la ministre, alors que le bilan de l'épidémie du nouveau coronavirus approche dimanche les 1 700 morts en Chine.

Le nombre de cas positifs au nouveau coronavirus recensés sur le paquebot de croisière Diamond Princess en quarantaine près de Yokohama (banlieue de Tokyo) est monté à 355, a annoncé dimanche le ministre japonais de la Santé.

Par ailleurs, un deuxième groupe de rapatriés de Wuahan en France, quelque 120 personnes, sont sorties de leur quarantaine ce dimanche à Carry-le-Rouet, près de Marseille. 181 personnes avaient déjà pu quitter le centre de vacances vendredi.

Un patient arrivé déjà infecté

Le patient décédé en France est un touriste chinois de 80 ans, originaire de la province du Hubei. Il est arrivé le 16 janvier sur le territoire, "déjà infecté" indique Bruno Lina, professeur de virologie au CHU de Lyon et au Centre international de recherches en infectiologie, sur Franceinfo ce samedi. Il a ensuite été hospitalisé dès le 25 janvier à l'hôpital Bichat à Paris. "On était effectivement très inquiets, manifestement il n'arrivait pas à maîtriser l'infection virale, on continuait à lui trouver des charges virales élevées dans ses prélèvements. Il a fait ce qu'on appelle une défaillance multi-viscérale." indique le virologue.

Le taux de mortalité du coronavirus Covid-19 est de 2%, ce qui "reste un taux de mortalité important" indique Bruno Lina, même s'il souligne que ce taux pourrait être en réalité inférieur, sachant que des personnes infectées peuvent guérir sans être diagnostiquées ou repérées par les services de santé.

"Il est vital d'identifier les patients"

Un premier cas a été détecté vendredi sur le continent africain, un patient étranger hospitalisé en Egypte. "Si vous avez des foyers d'infection qui se développent dans des pays moins développés ou la ressource sanitaire est moins bonne (...) on risque de voir s'installer de façon un peu silencieuse au début une circulation de ce virus. Et on voit bien que si cette installation se fait, (...) il y a une diffusion qui peut s'étendre. Tout le monde attire l'attention sur le fait qu'il est vital d'identifier les patients, pouvoir les maîtriser, afin que les chaînes de transmission ne se mettent pas en place partout dans le monde."

Pour éviter la diffusion du virus, la France procède pour l'instant à l'hospitalisation et au confinement de chaque cas confirmé, et au dépistage des personnes en contact avec le patient.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu