Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "il n'y a plus personne au club", explique le président de l'US Orléans (Ligue 2)

-
Par , , France Bleu Orléans

A l'USO Foot, les entraînements sont suspendus jusqu'au 29 mars (au moins) et les joueurs ne s'entraînent plus collectivement. On ne sait pas à quelle date le championnat de Ligue 2 reprendra (s'il reprend). On fait le point avec le président du club orléanais Philippe Boutron.

Philippe Boutron, président de l'USO Foot
Philippe Boutron, président de l'USO Foot © Radio France - A. Denéchère

A l'US Orléans, club de Ligue 2 de football, les entraînements sont suspendus jusqu'au 29 mars prochain, au moins, en raison de la suspension du championnat depuis le 13 mars pour cause d'épidémie de coronavirus. Philippe Boutron, président de l'USO, raconte cette situation extraordinaire. 

"On attend, déjà, la déclaration du président Macron à 20h00 [lundi] et les décisions de l'UEFA [mardi] sur un éventuel report de l'Euro 2021", ce qui permettrait de reprendre les championnats de Ligue 1 et Ligue 2 avant l'été.

Tous les joueurs sont rentrés chez eux

"On a donné aux joueurs un programme de maintien physique, de manière à ce qu'ils ne perdent pas leurs acquis. Dès qu'on aura des infos, on organisera les choses, il faudra notamment refaire une préparation, un peu comme u début de saison, en fonction de la date de reprise"

Philippe Boutron explique que les joueurs et le staff ne se réunissent plus, pour respecter les consignes de "distanciation sociale" : "on communique par messageries et par mails, car ils sont nombreux. Le staff et les joueurs, c'est cinquante  joueurs."

"Au club, à la Source, il n'y a plus aucun sportif, puisque le centre de formation est fermé, les jeunes sont repartis chez eux, et la section amateurs est au repos complet, le stade et les terrains sont fermés. Et _il n'y aura plus plus personne au club dans les bureaux_, d'ici peu."

Les joueurs de l'USO "sont en bonne santé"

On sait que le club de Troyes (Ligue 2) est touché par le coronavirus, des joueurs sont contaminés. Or, l'USO a affronté Troyes à domicile le 28 février dernier. Philippe Boutron s'est-il rapproché du club de l'Aube ? "On ne s'est pas rapprochés d'eux, car vous savez, dans un match, les rencontres et la proximité entre joueurs sont très brèves". Et le président du club orléanais affirme qu'à l'USO, "les joueurs sont en bonne santé".

Gauthier Pinaud, capitaine de l'US Orléans
Gauthier Pinaud, capitaine de l'US Orléans © Radio France - A. Denéchère

Sur la décision de suspendre le championnat, le capitaine de l'USO Foot Gauthier Pinaud, interrogé par France Bleu Orléans ce lundi soir, explique qu'il était "partisan de ne pas prendre de risques au niveau sanitaire". Et sur la situation actuelle des joueurs :  "on a un programme d'entraînement individuel,pour rester en forme physique, il faut qu'on soit prêts au cas où le championnat reprenne, et comme on est en mauvaise position [au classement], on a pas le droit de se rater en cas de reprise", explique le capitaine orléanais. 

On se dit que le championnat va reprendre"

Ce dernier ajoute qu'il s'entraîne chez lui et fait régulièrement des footings en extérieur ("on a encore le droit"). "On reste en contact entre nous avec un groupe whatsapp", ajoute-t-il, affirmant qu'il ne veut pas penser que le championnat ne reprendra pas. "On se prépare à une reprise et à tout donner" pour éviter la descente en National

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu