Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : près de Ganges, il prend une amende de 135 euros parce qu'il n'est allé acheter "que" du pain

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu
Cazilhac, France

Peut-on sortir du confinement pour aller acheter son pain et seulement son pain? Un Héraultais a été verbalisé près de Ganges alors qu'il venait d'acheter ses cinq baguettes pour la semaine. Lui dénonce une amende injuste et la gendarmerie répond.

Un habitant de Cazilhac dans l'Hérault a été verbalisé à 135 euros parce qu'il ne sortait "que" pour aller acheter du pain
Un habitant de Cazilhac dans l'Hérault a été verbalisé à 135 euros parce qu'il ne sortait "que" pour aller acheter du pain © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Un habitant de Cazilhac, près de Ganges dans l'Hérault, a été sanctionné récemment d'une amende de 135 euros alors qu'il était sorti acheter son pain dans la commune voisine. En l'occurrence cinq baguettes pour toute la semaine. Les gendarmes lui ont expliqué qu'il ne répondait pas aux critères de déplacement dérogatoire. A-t-on le droit de sortie pour n'acheter qu'un seul produit ?

"Vous n'avez rien compris. Vous vivez sur une autre planète".

Les faits remontent au lundi 30 mars. Ce jour là, Jacky fait sa seconde sortie depuis le début du confinement. Il part acheter le pain de la semaine, en voiture. "J'avais bien rempli mon imprimé avec la date, l'heure et donc j'étais parfaitement à l'aise, très décontracté. Et quand j'arrive au carrefour Ganges-Cazilhac, je me fais contrôler par les motards de la gendarmerie de Lodève.

"Je ne sais pas ce qu'il m'est tombé sur la figure, j'ai pas compris". Jacky, verbalisé pour non respect des règles de confinement

"Je suis obligé de vous mettre un PV. 135 euros".

Lui qui pensait être dans son bon droit, se voit invité à se garer sur le bas côté pour explications. "Et l'agent me dit : "mais monsieur vous n'avez rien compris au confinement. Vous vivez sur une autre planète. On ne sort pas pour n'acheter que du pain. Je suis obligé de vous mettre un PV. 135 euros."

Lui maintient qu'il était en règle. "Je sais pas ce qu'il m'est tombé sur la figure, j'ai pas compris. Si tu peux te faire verbaliser comme ça sur des trucs auxquels tu ne t'attend pas, ça fait peur". 

Un excès de zèle

Les agents on- ils eu la main lourde ? Sans doute, à entendre le colonel Lebas, de la gendarmerie de l'Hérault. Il ne se prononce pas sur ce cas précis mais rappelle les règles en vigueur : "globalement tout achat dans une grande surface ou un commerce ouvert, constitue un achat de première nécessité et ne doit pas ouvrir à verbalisation.

Sachant que les attestations dérogatoires prévoient les achats de première nécessité". CQFD... Mais il y a le texte et l'esprit de la mesure, avec des écarts possibles d'interprétation. La réponse du Colonel Lebas est à écouter ici : 

"Il y a le texte et l'esprit"... La réponse du colonel Lebas, de la gendarmerie de l'Hérault

Contestation possible

Il est toujours possible de contester l'amende, après réception du courrier attestant le PV. La lettre indique la procédure à suivre pour contester la verbalisation, en s'adressant à l'officier du ministère public dont on dépend.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu