Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus et confinement : Jean-Marc Luca, le DDSP de Vaucluse, fait le point sur cette première semaine

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Vaucluse

Le directeur départemental de la sécurité publique, Jean Marc Luca, invité ce mardi de France Bleu Vaucluse, est revenu sur les nouvelles règles de sortie et a fait le point sur la situation en Vaucluse.

Hotel de police d'Avignon // photo d'illustration
Hotel de police d'Avignon // photo d'illustration © Maxppp - HIELY Cyril

La France entame sa seconde semaine de confinement pour tenter de ralentir la progression du Covid-19. France Bleu Vaucluse fait le point sur la situation dans le département avec le directeur départemental de la sécurité publique, Jean-Marc Luca.

Lundi soir, le Premier ministre, Édouard Philippe a fait une mise au point concernant les autorisations de sorties : elles doivent durer une heure maximum par jour, dans un rayon d’un kilomètre autour du domicile. Pour les sorties sportives, il faut ajouter l’heure du départ du domicile. Pour Jean-Marc Luca, l’intervention d’Édouard Philippe était nécessaire : "Dans le fond, rien ne change, mais il était indispensable de préciser les modalités de sortie parce qu’on a remarqué beaucoup d’exagérations, notamment sur les sorties sportives. On a contrôlé des personnes à des kilomètres de chez elles en jogging, mais sans une goutte de transpiration sur le front."

Les règles se durcissent 

Le Premier ministre a également demandé aux forces de l’ordre d’être plus sévères lors des contrôles. Jean-Marc Luca l’assure, ils le sont depuis le début du confinement. "Ce confinement, c’est la seule façon d’endiguer une épidémie mortelle." La place n’est plus à la pédagogie. 

Le non respect des règles est toujours puni de 135 euros d'amende pour une première infraction, mais passe à 1.500 euros en cas de récidive dans les deux semaines. Au-delà de trois récidives, il s’agira alors d’un délit puni de 3.750 euros d’amende et six mois de prison.

Contrôles sous tension

Jean-Marc Luca le confesse : des tensions sur le terrain il y en a toujours, comme ce Cavaillonnais qui a craché sur des policiers jeudi soir. "Il n’avait pas d’autorisation, il s’est rebellé, il a pris huit mois de prison ferme. Il a quand même mis en danger les policiers en leur crachant dessus", rappelle le directeur départemental de la sécurité publique. Lors de cette même sortie, l’homme aurait tenté de voler des masques dans une pharmacie.  Outre ces cas de rébellion, globalement, tout se passe bien avec les Vauclusiens pendant les contrôles. 

Concernant le manque de matériel pour effectuer les contrôles dénoncés par certains syndicats de police : il n'y a pas de problème en Vaucluse d’après Jean-Marc Luca : "On avait bien anticipé la crise, donc nos policiers ont tout le matériel nécessaire. Les temps de travail sont aussi aménagés pour éviter les contacts entre les équipes."

Une tolérance pour les contrôles techniques

Les contrôles techniques sont toujours obligatoires mais une tolérance sur les délais a été demandée. Les conducteurs de poids lourds ont 15 jours de plus, les propriétaires de véhicules légers ont trois mois de report. Les contre-visites peuvent être aussi prolongées de trois mois. De nombreux centres techniques sont encore ouverts. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu