Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'activité des boulangers du Finistère baisse de 50%

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

On pensait qu'ils étaient relativement épargnés par la crise liée au coronavirus et pourtant, les boulangers du Finistère subissent une baisse de 50% en moyenne de leur chiffre d'affaires depuis le début du confinement.

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Radio France - Xexili Foix

À voir les files d'attentes devant leurs étals, s'il y a bien une profession que l'on pensait relativement épargnée par cette crise du coronavirus c'est celle-là, les boulangeries-pâtisseries. Considérés comme entreprises essentielles, les commerces peuvent rester ouverts depuis le début du confinement. Et pourtant, leur activité est sérieusement ralentie. "Sur l'ensemble des boulangeries du Finistère, on tourne autour de 50 % de chiffre d'affaires en moins" estime, Bruno Struillou, boulanger à Plobannalec-Lesconil dans le Pays Bigouden et président de la fédération des artisans boulangers-pâtissiers du Finistère depuis 15 ans.

Une chute vertigineuse pour les pâtisseries et le snacking

"Concernant le secteur du pain, ça n'a pas énormément baissé" annonce Bruno Struillou, "par contre la partie pâtisserie, viennoiseries et surtout la partie traiteur avec le snacking est devenue complètement insignifiante." Pour essayer de maintenir au mieux leurs commerces, les boulangers "font attention à leurs achats, on fait attention à nos productions aussi. Avec pratiquement moitié moins de clients par jour, on a réussi à s'organiser pour ne fabriquer que les produits qui partent le plus souvent et pour l'instant on a laissé de côté les produits plus sophistiqués."

Les boulangeries installées en milieu rural s'en sortent le mieux

D'après Bruno Struillou, les boulangeries-pâtisseries qui s'en sortent le mieux pendant cette crise sont celles qui sont installées en milieu rural avec une baisse entre 10 et 15%. "Pour les boulangeries qui sont dans les zones touristiques ou dans des zones d'activités avec beaucoup de bureaux, on peut avoir des baisses de chiffre d'affaires de 40 à 60%" explique le président de la "Fédération des artisans boulangers-pâtissiers" du Finistère. Et entre les deux, les boulangeries qui sont installées dans des zones d'habitat permanent "ont perdu autour de 25% de chiffre d'affaires."

Comme beaucoup, la "Fédération des artisans boulangers-pâtissiers" s'inquiète pour la suite et espère une reprise de l'activité pour cet été sinon "la situation va continuer à s’aggraver et on peut craindre pour ceux qui étaient déjà en difficulté." Sentiment partagé au Tribunal de commerce de Quimper, qui pour le moment, n'a pas constaté une hausse des dépôts de bilan et des mises en liquidation judiciaire, car "il n'y a pas beaucoup d'audiences et les professionnels espèrent une reprise rapide."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess