Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'application StopCovid pourrait être disponible dès ce week-end, la Cnil autorise son lancement

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La Cnil a donné son feu vert mardi à la mise en place de StopCovid. Cette application de traçage des malades a pour mission de lutter contre l'épidémie du coronavirus. La Cnil valide son utilisation, mais le parlement doit encore se prononcer sur le projet du gouvernement cette semaine.

StopCovid, l'application mobile du gouvernement français pour la recherche et le traçage de contacts pour lutter contre le COVID19
StopCovid, l'application mobile du gouvernement français pour la recherche et le traçage de contacts pour lutter contre le COVID19 © AFP - DAVID HIMBERT

L'application StopCovid est destinée à repérer la propagation du coronavirus. Elle doit permettre à un utilisateur de garder la trace des autres utilisateurs croisés pendant les deux dernières semaines. Si cet utilisateur découvre qu'il est porteur du coronavirus, il peut prévenir les personnes croisées, en notifiant l'application de sa contamination. 

Cette application est téléchargeable sur la base du volontariat. Pour que le système fonctionne il faut bien mettre en fonction son Bluetooth et se trouver à moins d'1 mètre d'une personne, pendant au moins 15 minutes. L'application n'utilise pas la géolocalisation. 

Dans son avis publié mardi, la Commission nationale de l'informatique et des libertés estime que l'application respecte les différentes dispositions législatives relatives à la protection de la vie privée, et formule quelques dernières recommandations pour sa mise en place. La Cnil souhaite par exemple une "amélioration de l'information fournie aux utilisateurs, en particulier s'agissant des conditions d’utilisation de l'application et des modalités d'effacement des données personnelles". La Cnil souhaite également "une information spécifique pour les mineurs et les parents des mineurs", et la confirmation dans le décret à venir sur l'application "d'un droit d'opposition et d'un droit à l'effacement des données pseudonymisées enregistrées".  

Application testée par des militaires 

Avant d'être mise en service, l'application a été notamment testée par une soixantaine de militaires. Ils ont pu mettre en oeuvre différents scénarios (positionnement, déplacement...) pour vérifier son fonctionnement. 

StopCovid pourrait être téléchargée dès ce week-end, précise Cédric O, le secrétaire d'Etat au numérique. Mais avant, l'Assemblée nationale et le Sénat doivent encore en débattre mercredi, avant de s'exprimer par un vote. 

Une application qui suscite des craintes 

Ce projet d'application StopCovid a fait couler beaucoup d'encre depuis plusieurs semaines. Elle inquiète un bon nombre défenseurs de la vie privée. Ils craignent qu'elle ne marque un premier pas vers une société de la surveillance où nos faits et gestes sont épiés en permanence par des systèmes automatiques. 

Mais dans son avis, la Cnil  constate que les concepteurs de l'application ont érigé un certain nombre de garde-fous pour empêcher les dérives. 

Pour qu'elle fonctionne correctement, il faut qu'un maximum d'utilisateurs l'utilisent. "Des retours d'expérience en Europe suggèrent qu'elles n'apportent rien ou pas suffisamment de résultats positifs notables" écrit le site Numérama.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess