Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'épidémie a un "fort impact" sur le nombre de naissances en France

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Les naissances ont fortement baissé en France, neuf mois après le début de la pandémie de Covid-19, a annoncé ce vendredi l'Insee. Le nombre de naissances comptabilisées en 2020 est le plus faible bilan annuel depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

En 2020, 735 000 bébés sont nés en France, c'est le plus faible nombre annuel de naissances depuis la fin de la seconde guerre mondiale, inférieur au point le plus bas observé en 1994.
En 2020, 735 000 bébés sont nés en France, c'est le plus faible nombre annuel de naissances depuis la fin de la seconde guerre mondiale, inférieur au point le plus bas observé en 1994. © Maxppp - Darek SZUSTER

Il fallait attendre neuf mois, à partir du début de l'épidémie, pour avoir une idée des conséquences du coronavirus sur le nombre de naissances en France. Ce délai est passé, et l'Insee a annoncé ce vendredi que ces naissances ont fortement baissé en France. Avec un constat, net et sans appel : le nombre annuel de naissances n'avait jamais été aussi faible depuis la Seconde Guerre mondiale, avec seulement 735.000 bébés nés en 2020.

Un contexte qui laisse peu de place au doute

"Le fait que la baisse en janvier 2021 soit historiquement la plus élevée depuis la fin du baby-boom et qu’elle ait suivi une diminution déjà prononcée en décembre 2020 laisse peu de doute sur le rôle important joué par le contexte de la pandémie sur cette évolution", a confirmé Sylvie Le Minez, cheffe de l’unité des études démographiques et sociales à l’Insee.

"Ce contexte de crise sanitaire et de forte incertitude a pu décourager les couples de procréer, les inciter à reporter de plusieurs mois leurs projets de parentalité", précise l'Insee sur son site, ajoutant que "des considérations relatives à la transmission possible du virus de la mère au nouveau-né ont pu également jouer, et il faut également rappeler que pendant ce premier confinement du printemps 2020, les centres de procréation médicalement assistée ont été fermés."

Forte baisse en janvier, légère reprise en février

L'impact du premier confinement sur les naissances n'a pu être observé qu'à partir de la fin de l’année. En décembre 2020, il y a eu 7 % de nouveau nés en moins qu’en décembre 2019. La baisse s’est poursuivie de façon bien plus prononcée en janvier 2021, avec 13 % de naissances de moins qu’en janvier 2020.    

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une légère augmentation des naissances a été observée en février mais elles restent nettement inférieures à celles de février 2020. 1.860 bébés sont nés en moyenne chaque jour en février 2021 contre 1.950 en février 2020, soit une baisse de 5 %. La hausse de février peut s'expliquer par "la reprise des projets de parentalité après la fin du premier confinement puisque les bébés nés en février 2021 ont été conçus en mai 2020", a estimé Sylvie Le Minez.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess