Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "nous sommes dans une dramatisation collective" estime un anthropologue de santé

-
Par , France Bleu

Nous sommes depuis le début de cette crise sanitaire dans une "dramatisation collective" selon l’anthropologue et expert en santé publique suisse Jean-Dominique Michel. Dans un livre à paraître fin mai, il décortique les décisions prises pour lutter contre l’épidémie de Coronavirus.

L’anthropologue et expert en santé publique suisse Jean-Dominique Michel
L’anthropologue et expert en santé publique suisse Jean-Dominique Michel - Capture d'écran skype

Jean-Dominique Michel est depuis 30 ans l’un des plus grands spécialistes mondiaux de santé publique. Il connaît les épidémies et les dispositifs sanitaires en place dans le monde. 

Depuis le début de cette pandémie de coronavirus, son travail est "de faire la part des choses entre ce qui relève des caractéristiques propres de la maladie, en quoi elle est similaire à d’autres épidémies que l’on a connu par le passé, mais aussi de voir la manière spécifique avec laquelle notre société hyperconnectée traite ce phénomène" explique le scientifique. 

"Un état de panique"

Pour lui, on a généré un état de panique. "Nous sommes aujourd’hui dans une dramatisation collective amplifiée par les réseaux sociaux et l’hyperconnexion". 

Il revient aussi sur la polémique engendrée par les prises de position du professeur Didier Raoult. Son traitement à la chloroquine, a beaucoup divisé. Pour Jean-Dominique Michel, "qu'un scientifique aussi éminent que le professeur Raoult se soit fait traîner dans la boue, notamment par des collègues est juste spectaculaire. Même s’il a une personnalité un peu polémique, je le reconnais, quand quelqu’un avec cette compétence ouvre la bouche, la moindre des choses faire c’est de l’écouter. Ce débat a dégénéré en bagarre de préau d’école". Et tout cela "n’a pas aidé à prendre des décisions politiques intelligentes". "Une fois qu’on a généré un état de panique […], c’est très difficile pour nous de changer une cognition erronée".

L’anthropologue et expert en santé publique suisse Jean-Dominique Michel décortique la crise du coronavirus

Un défaut de réactions des politiques

Dans son livre "Covid-19 : anatomie d’une crise sanitaire" qui doit sortir fin mai chez HumenSciences, il dénonce aussi l’absence des tests de dépistage au début de l’épidémie. C’est là encore "un défaut de réaction du politique". "C’est parce que l’on n’a pas pu mettre en place dès le départ des tests de dépistage que l’on été obligé de confiner la population. On a reproduit ce que l’on faisait au XIXe siècle quand la science ne permettait pas de comprendre ce qui se passait". 

Le confinement, "une mauvaise réponse" ?

Jean-Dominique Michel, toujours sans langue de bois, rappelle aussi que le confinement tel qu’il a été imposé n’a jamais fait parti des recommandations sanitaires en cas d’épidémies. C’était "une mauvaise réponse face à la situation" poursuit l’anthropologue. "Quand vous confinez la population, vous ne permettez pas aux gens de savoir s’ils sont contagieux ou pas. Et vous enfermez des gens potentiellement contagieux avec d’autres qui ne le sont pas".

Il y a quelques semaines, l’OMS a justement rappelé qu’elle n’avait jamais conseillé de mettre les pays en confinement pour lutter contre la pandémie. "Nous n’avons jamais dit d’instaurer des mesures du confinement. Nous avons dit de suivre, tracer, isoler, traiter", a affirmé lundi Margaret Harris, porte-parole de l’OMS, au quotidien australien Sydney Morning Herald.

Craintes d'un rebond ? 

Faut-il s'attendre à un rebond de la pandémie dans les prochains mois ? Didier Raoult, le professeur marseillais, a estimé à plusieurs reprises qu'il n'y aurait pas de risque et que la pandémie de Covid-19 semble suivre "une courbe en cloche". C'est une "fantaisie"pour le médecin marseillais.  

Une vision que partage aussi l'expert en santé publique de Genève.  "Je n'y croit pas. Ça ne s'est jamais passé comme çà lors des dernières pandémies" précise l'anthropologue de santé. 

Jean-Dominique Michel espère qu’avec cette crise sanitaire, le système de santé sera complètement remis à plat. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu