Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : l'épidémie "torpille" l'année de stage d'une étudiante Dijonnaise en Chine

-
Par , France Bleu Bourgogne

"L'entreprise dans laquelle je devais travailler a perdu beaucoup de clients et je n'avais plus grand chose à faire, j'ai donc préféré rentrer en France" explique dépitée Noémie une étudiante Dijonnaise de retour de Chine à cause de l'épidémie de coronavirus.

Noémie a du quitter la Chine à cause du coronavirus qui a perturbé sa formation (photo d'illustration)
Noémie a du quitter la Chine à cause du coronavirus qui a perturbé sa formation (photo d'illustration) © Maxppp - Philippe Turpin

D'après Olivier Véran, le nouveau ministre de la santé, ce mardi il ne restait plus que quatre malades encore hospitalisés en France sur les 12 initialement concernées par le coronavirus. Le coronavirus qui perturbe les échanges universitaires entre la Chine et la France

Partie en Chine en septembre, elle est de retour en février... 

Un exemple très concret, celui de Noémie, étudiante Dijonnaise de 21 ans en troisième année à l'IAE, l'Institut d'administration des entreprises. Noémie est partie en août dernier en Chine pour une année de stage, elle devait rentrer en juin prochain... Mais à cause du coronavirus et après être restée plusieurs jours confinée chez elle à Shanghaï elle a du se résoudre à écourter son séjour. Dimanche 9 février dernier son avion s'est posé à Roissy-Charles-de-Gaulle, signifiant la fin des aventures chinoises de la jeune femme.

"Cela ne servait plus à grand chose que je reste en Chine"

"L'entreprise dans laquelle je travaillais a perdu beaucoup de clients, je n'avais plus grand chose à faire, ça ne servait plus à grand chose que je reste sur place alors que ma mission n'avait plus grand intérêt. C'est pourquoi j'ai préféré rentrer en France. De toute façon je ne pouvais pas retrouver de stage en Chine" peste la jeune femme dépitée. 

"J'ai très peu de pistes" avoue inquiète Noémie 

Depuis 10 jours, même si elle n'est pas malade, Noémie s'est mise à l'isolement dans un logement appartenant à sa famille sur Paris. Elle ne voit personne pour le moment. L'occasion pour elle de faire le point sur sa situation et de tenter de réfléchir à un nouveau stage. "J'ai très peu de pistes parce qu'en France ce n'est pas comme en Chine, en général il faut s'y prendre des mois à l'avance pour postuler et là en rentrant du jour au lendemain, surtout à cette période où les stages ont déjà commencé, c'est vraiment très compliqué, mais je ne perd pas espoir. Peut-être trouverai-je quelque chose sur Paris ou en Europe ?"

11 000 étudiants Français étudient en Chine

Après son master l'an prochain Noémie envisage de décrocher un métier dans la finance de marché. En attendant, ce dimanche cela fera 15 jours que Noémie sera rentrée de Chine, elle ne présentera plus aucun risque de contamination pour son entourage aussi a-t-elle prévu de retrouver sa famille du côté de Toucy dans l'Yonne. A l'image de Noémie la Chine accueille près de 11 000 étudiants français, dont une bonne partie à Shanghaï.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu