Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : la centrale nucléaire de Civaux s'organise pour poursuivre la production d'électricité

-
Par , France Bleu Poitou

Depuis plusieurs jours, EDF a mis en place un plan pour assurer la continuité de la production d'électricité en période de confinement. Organisation d'intérêt vital, le site de Civaux est paré pour fonctionner "quoiqu'il arrive".

Centrale nucléaire de Civaux
Centrale nucléaire de Civaux © Radio France - Valentin Boissais

S'il est bien un site qui doit poursuivre sa production dans les semaines qui viennent, c'est la centrale nucléaire de Civaux. Même en période de confinement. Toutes les équipes se sont donc organisées en conséquence.

Tout d’abord, la centrale a demandé aux personnes qui ne réalisent pas de gestes physiques sur place de se mettre en télétravail jusqu’à nouvel ordre. Une bonne partie des administratifs et des employés qui s’occupent de la planification des tâches travaillent donc à distance.

Vendredi dernier, 1.200 salariés se trouvaient sur site. Ces effectifs ont été divisés par deux avec le confinement, et ça va se poursuivre.

Horaires élargis pour embaucher et à la cantine

EDF fait tout par ailleurs pour protéger ses salariés du virus. Les horaires d’accès à la centrale ont été élargis pour éviter que tous les salariés ne viennent embaucher en même temps. Ils rentrent un par un, en se tenant à plus d’un mètre les uns, des autres.

Idem à la cantine : horaires élargis, moins de personnes à table, les employés mangent en quinconce et il y a un roulement dans les équipes pour étaler les déjeuners et éviter la foule au self.

EDF se dit paré en cas d'accident ou de contamination

Certains métiers portent désormais des gants, notamment les agents de contrôle. Enfin, quand il y a un digicode pour accéder à une unité sensible, on ne tape plus le code avec les doigts, on utilise l’arrête de son badge. Puis on se lave les mains aussitôt entré.

EDF veille aux respects des nouvelles règles. Un message est diffusé par haut-parleurs toutes les demi-heures, on y rappelle les fameux gestes barrière. A ce jour, aucun cas, aucune suspiçion de COVID-19 ne sont apparus à la centrale. Mais là encore, EDF prévoit tous les scénarii.

La culture du risque de contamination dans l'ADN du site

Si une contamination était signalée, des agents d’astreinte prendraient aussitôt le relais. Pareil pour les gendarmes qui assurent la sécurité du site, des réservistes sont prêts à être mobilisés à tout moment. Tout a été anticipé.

Il faut dire qu’ici, on vit déjà au quotidien avec le risque d’une contamination… Celle de la radioactivité. Des protocoles existent donc déjà, et il est très facile d’isoler une unité qui serait potentiellement infectée.

La maintenance de la tranche à l'arrêt se poursuit

Reste que le confinement en France survient pile au moment où l’un des deux réacteurs de Civaux est à l’arrêt. Une opération de maintenance a débuté vendredi dernier. Opération classique pour vérifier la tranche et recharger une partie du combustible. Un chantier qui dure près de trois mois en temps normal.

Pourra-t-il être terminé d’ici juin ? En tout cas, EDF se veut rassurant, même avec un seul réacteur, la centrale de Civaux assure les besoins en électricité de toute l’ancienne région Poitou-Charentes. Largement suffisant pour le moment.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu