Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : la Fédération française du bâtiment dans le Doubs réclame "des directives claires de l'Etat"

-
Par , France Bleu Besançon

Doit-on fermer les chantiers en pleine épidémie de coronavirus ? Face à l'impasse, la Fédération française du bâtiment dans le Doubs appelle à une réponse claire et rapide du gouvernement.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - PHOTOPQR/L'ALSACE/Thierry GACHON

"La seule directives que l'on ait reçu est le respect des mesures barrières", déplore Dominique Viprey, le président de la Fédération française du bâtiment dans le Doubs. Il était l'invité de France Bleu Besançon, ce dimanche 21 mars.

Depuis le déclenchement du confinement, mardi 17 mars, pour permettre d'endiguer la pandémie de coronavirus, "aucune directive claire n'a été donnée par les pouvoirs publics. Ils sont irresponsables. Nous demandons un moratoire, au moins d'une dizaine de jours pour pouvoir s'organiser", précise Dominique Viprey.

En attendant une réaction de l'Etat, la plupart des chantiers dans le Doubs ont été fermés pour risque de contamination ou parce que des particuliers craignaient une propagation par les artisans, par exemple.

Un vrai risque pour les professionnels

Aujourd'hui travailler sur un chantier fait encourir un vrai risque pour les professionnels, assure la Fédération française du bâtiment dans le Doubs. "S'ils sont contaminés, ils peuvent contaminer leurs collègues de chantier mais aussi leur entourage. Ils n'ont pas non plus de matériels pour se protéger. Nous n'avons pas de masques, pas de gel hydroalcoolique et puis cela reste difficile de se laver les mains régulièrement sur un chantier", explique Dominique Viprey, qui ajoute qu'avec la fermeture des restaurants, cela complique les journées des ouvriers et des artisans dans le Doubs.

Un élan de solidarité

Malgré les difficultés du quotidien, la Fédération française du bâtiment dans le Doubs n'en a pas oublié de soutenir les professionnels soignants, en ce temps de crise du coronavirus. Des charlottes, des combinaisons de peinture et des gants de chantier ont été donnés à la clinique Saint-Vincent de Besançon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu