Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la prime aux soignants fait polémique en Vaucluse

-
Par , France Bleu Vaucluse

Un décret du 15 mai établit la liste des établissements hospitaliers dont les personnels auront droit à la prime de 1500 euros promise par le gouvernement. Or en Vaucluse, les six hôpitaux ne sont pas tous logés à la même enseigne au nom d'une logique que les soignants ne comprennent pas.

L'hôpital de Carpentras est un pôle public privé.
L'hôpital de Carpentras est un pôle public privé. © Radio France - Jean-Pierre Burlet

Le principe de la prime, c'est 500 euros. Dans certains cas, le directeur de l'établissement peut l'augmenter jusqu'à 1.500 euros. Ce montant n'est obligatoire que dans les centres hospitaliers du Grand-Est ou de la région parisienne, régions les plus touchées par l'épidémie.

Un traitement inégal et pas motivé

En Vaucluse, l'hôpital d'Avignon bénéficie de la prime de 500 euros et elle peut être abondée si le directeur le décide. C'est également le cas à Apt, Vaison-la-Romaine et Cavaillon, mais pas à Carpentras et Orange, les deux hôpitaux les plus importants dans le département après celui d'Avignon. L'incompréhension y est générale.

Le directeur sollicite une dérogation

À l’hôpital de Carpentras, personne ne comprend pourquoi la prime de 1.500 euros peut être accordée à Apt, Vaison et Cavaillon, mais ni à eux ni à leurs collègues orangeois. Le directeur, Alain de Haro, a décidé de solliciter une dérogation auprès de l’Agence régionale de santé. Il est soutenu par le député LREM local Adrien Morenas. 

L’hôpital de Carpentras n’a pas démérité pendant la crise, procédant par exemple à 400 tests Covid. Pour le syndicat Sud Santé, le problème est ailleurs : le gouvernement tente simplement de diviser les hospitaliers avant de reprendre sa réforme de la santé publique.

Public-privé mélangés, mais pas à égalité

Division d’autant plus forte à Carpentras que public et privé s’y mêlent. Un secteur privé de toute façon pas concerné par la prime des collègues d’en face, et certains se demandent quels soignants pourront bien aller défiler le 14 juillet sur les Champs-Élysées à l’invitation du président de la République.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess