Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus et confinement : à Perpignan, la sirène du couvre-feu agace autant qu'elle rassure

-
Par , France Bleu Roussillon

Depuis le 24 mars, une sirène annonce le début du couvre-feu à Perpignan. Elle résonne tous les soirs pendant cinq longues minutes à 19h50.

Depuis le 24 mars, tous les soirs à 19 h 50,  une sirène de cinq minutes marque le début du couvre-feu à Perpignan.
Depuis le 24 mars, tous les soirs à 19 h 50, une sirène de cinq minutes marque le début du couvre-feu à Perpignan. © Maxppp - Sébastien Jarry

À 20h, plus personne dehors. C'est la règle appliquée à Perpignan, où un couvre-feu a été instauré le 21 mars. Une décision destinée à renforcer le confinement, jusqu'alors peu respecté par les habitants de la commune. Une sirène résonne tous les soirs à 19h50, pendant cinq minutes. 

Le  son d'alerte marque le début du couvre-feu qui s'achève au petit matin à 6 heures. Numa, un habitant du centre-ville, apprécie la mesure. "On est en temps de guerre, donc on utilise des moyens de guerre. L'alarme est prévue pour ce genre de situation, je ne vois pas pourquoi on s'en priverait. "

Même sentiment pour cette Perpignanaise, âgée de 82 ans, qui a vécu la seconde guerre mondiale : "L'alarme rappelle la présence d'un danger". Bien qu'il soit désormais inutile de courir à la cave pour se protéger des bombardements, l'usage quotidien de la sirène est donc "approprié " selon l'octogénaire.

Une alarme glaçante et effrayante

Sur les réseaux sociaux néanmoins, l'alarme ne fait pas consensus. Une semaine après sa mise en place, certains internautes se plaignent d'un bruit aussi agaçant qu'oppressant. D'autres affirment que la sirène effraye les enfants et les personnes âgées. 

Pour le préfet des Pyrénées-Orientales, Philippe Chopin, là n'est pas la question. Lundi 30 mars, il a prolongé le couvre-feu et donc la sirène quotidienne, jusqu'au 15 avril minimum.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu