Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la solidarité pour les routiers s'organise en Bretagne

Presque plus d'aires de repos ouvertes, des restaurants fermés... Les chauffeurs de poids-lourds qui sont sur la route toute la semaine pâtissent des règles de confinement. Des transporteurs comme des particuliers se proposent de les aider sur les réseaux sociaux.

Les routiers comme Paul, originaire de Saint-Malo, doivent se débrouiller avec les moyens du bord
Les routiers comme Paul, originaire de Saint-Malo, doivent se débrouiller avec les moyens du bord © Radio France - Eric Audra

Difficile de se doucher ou de prendre un repas chaud pour les chauffeurs routiers depuis une semaine. Avec le confinement, les aires de repos et les accès aux structures leur permettant habituellement de faire un brin de toilettes sont quasi inaccessibles. C'est grâce aux initiatives solidaires que certains peuvent retrouver un minimum de confort en Bretagne. 

Des habitants ouvrent leurs portes 

Plusieurs particuliers proposent sur les réseaux sociaux de mettre leur salle de bain ou cuisine à disposition des routiers. "Ils sont sur la route H24 et on leur refuse l'accès aux douches et toilettes dans les stations-services ! Je trouve ça totalement injuste", s'indigne Elisabeth, une habitante de Saint-Renan. Elle a choisi d'ouvrir sa porte aux routiers de passage dans le Finistère : "je cuisine de façon très généreuse, il y en a toujours trop ! _Je mets à disposition ma table et ma douche_, il me semble essentiel de faire le maximum"

Elle est pourtant dans une famille dite à risques d'un point de vue santé : pas question pour elle d'oublier les mesures de sécurité. "On a des gants et masques chirurgicaux, explique Elisabeth. Surtout, _on a une maison sur trois étages donc on peut séparer les lieux de repas_"

Les propositions se multiplient
Les propositions se multiplient
Les propositions se multiplient
Les propositions se multiplient
Les propositions se multiplient
Les propositions se multiplient

Nathalie de son côté propose d'héberger les routiers du côté de Plouescat : "j'ai une chambre avec une entrée à part au rez-de-chaussée de ma maison, et je prends mes repas au travail, explique-t-elle. Il y a un grand parking en face de chez moi qui peut être pratique pour un poids lourd". Elle qui croise d'ordinaire de nombreux routiers dans le restaurant ouvrier près de chez elle est sensible à leur situation, depuis que les structures similaires ont fermé : "on leur demande de faire des livraisons, de remplir les rayons qui ont été vidés à vitesse grand V, et on leur ferme tout. Ce sont vraiment les oubliés".

Les transporteurs s'organisent

La solidarité, c'est aussi le mot d'ordre chez les Transports Rault, basés à Saint-Thuriau dans le Morbihan. Depuis une semaine, les locaux sont ouverts à tous les routiers, plus seulement aux : "on a mis en place des _douches et toilettes dans un bâtiment isolé_, qui ne sert qu'à ça, et qui est désinfecté deux fois par jour", explique Erwan Rault. Si des chauffeurs arrivent alors que le bureau d'accueil est fermé, "ils peuvent toujours appeler, je viendrai ouvrir".

"La semaine dernière, certains chauffeurs étaient sur la route du lundi au vendredi et n'ont réussi à se doucher qu'une seule fois ! Ils étaient épuisés et avec la boule au ventre en revenant", déplore l'exploitant de la société. La machine à café et le micro-ondes sont aussi mis à disposition. Une quarantaine de routiers sont déjà passés la semaine dernière. "Le premier nous a amené tellement de croissants que ça a servi aux suivants !", lance Erwan Rault. 

D'autres transporteurs ont fait le choix d'assurer eux-mêmes le repas de leurs chauffeurs : "on met en place des plateaux repas depuis le premier jour de confinement, on ne peut pas laisser les gars partir sans qu'ils puissent se nourrir sur la route", explique Michel Guilloré, directeur des Transports Surgelés de l'Ouest. Il a fait appel à un traiteur de Carhaix qui se retrouvait sans activité pour les réaliser. Les chauffeurs qui partent pour deux jours profitent des remorques réfrigérées pour stocker leurs repas.

Une carte interactive a aussi été mise en place par Bison Futé pour indiquer les aires de repos qui sont encore ouvertes ou non. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu