Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la venue de 3.000 supporters italiens à Lyon pour un match de foot fait polémique

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Saint-Étienne Loire

Près de 3.000 supporters italiens sont attendus à Lyon ce mercredi pour le 8e de finale de Ligue des Champions entre l'OL et la Juventus alors que le nouveau coronavirus suscite des inquiétudes en France et en Italie où l'épidémie progresse. Les autorités n'ont pris aucune mesure pour ce match.

Le stade de football de l'Olympique Lyonnais à Décines (Rhône)
Le stade de football de l'Olympique Lyonnais à Décines (Rhône) © Maxppp - Romain Berchet

Près de 3.000 "tifosi" - nom des supporters italiens - sont attendus dans les rues de Lyon et au stade de l'OL situé à Décines, dans la banlieue lyonnaise, ce mercredi pour assister au 8e de finale aller de Ligue des Champions entre Lyon et la Juventus.

Alors que l’Italie est le pays d’Europe le plus touché par le Coronavirus et qu'un premier Français est mort dans la nuit dans l'Hexagone de cette épidémie venue de Chine, aucune mesure n'a été prise pour ce match.

Des élus locaux et l'oppostion interpellent le gouvernement

Les maires (LR) de Meyzieu et Décines-Charpieu ont demandé mardi aux autorités d'interdire la venue de près de 3.000 supporters de la Juve, "au nom du principe de précaution mais aussi de la prévention à tout trouble à l'ordre public".

Les édiles Christophe Quiniou et Laurence Fautra, qui ont déjà exprimé leurs réserves "les plus fermes" à la préfecture et à l'Agence régionale de santé, estiment que ce match "fait naître des craintes, légitimes" chez leurs administrés, "immédiatement concernés par l'accueil et les flux de supporters".

Même son de cloche chez certains députés. Trois députés du Rhône, Danièle Cazarian (LREM), Thomas Rudigoz (dissident LREM) et Jean-Louis Touraine (LREM) ont écrit au ministre de la Santé afin d'interdire la venue des supporters italiens.

Gérard Collomb, maire de Lyon, assure de son côté qu'il assistera à la rencontre "sans masque", tout en renvoyant la responsabilité d'une éventuelle restriction d'accès au gouvernement. "C'est le Premier ministre qui doit trancher", a-t-il dit sur BFM TV.

Dans l'opposition, Marine Le Pen (RN), Ségolène Royal (sans étiquette) ou encore Éric Ciotti (LR) critiquent le gouvernement sur cette venue de supporters italiens.

"Aucune restriction particulière"

Ces derniers jours, des mesures ont dû être prises de l'autre côté des Alpes ces derniers jours notamment dans le monde du sport pour éviter la propagation du coronavirus avec des matches à huis-clos dès jeudi en Ligue Europa avec Inter Milan-Ludogorets puis ce week-end dans le championnat italien en Serie A.

De son côté, la Juventus assure qu'"aucune restriction particulière n'est prévue pour les tifosi bianconeri" et que ses fans pourront assister "sans problème" à la rencontre, alors qu'elle jouera à huis clos son prochain match de Championnat d'Italie à domicile, dimanche contre l'Inter, pour éviter tout risque de propagation.

A Lyon, le président de l'OL Jean-Michel Aulas s'est aussi voulu rassurant, appelant à "ne pas créer d'angoisses supplémentaires". Pour l'instant "il n'y a pas de mesure de restriction, (...) les supporteurs italiens seront dans un espace qui n'est pas en contact avec les autres spectateurs", a-t-il souligné.

Après une réunion avec ses collègues européens à Rome, le ministre de la Santé Olivier Véran a de nouveau estimé qu'"il n'y a pas lieu d'annuler a priori des grands événements publics qu'ils soient de nature sportive ou culturelle", tout en s'accordant sur le fait "de regarder chaque situation au cas par cas". Et d'ajouter : "La région du Piémont n'est pas considérée comme une région à risque par la France donc il n'y a pas lieu d'annuler".

Les reports de matches ou huis clos sont habituellement décidés par les instances sportives en concertation avec les autorités, les diffuseurs et les clubs.

Ce mercredi, le match du Tournoi des Six Nations Irlande-Italie prévu ce samedi a été reporté.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess