Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le CHRU de Nancy surveille de près la menace de cyberattaques

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Face à la multiplications des cyberattaques dans les hôpitaux, le CHRU de Nancy assure avoir relevé son niveau de vigilance depuis le premier confinement.

Le CHRU de Nancy assure avoir renforcé ses mesures pour lutter contre les cyberattaques
Le CHRU de Nancy assure avoir renforcé ses mesures pour lutter contre les cyberattaques © Maxppp - Alexandre MARCHI

Depuis près d'un an et le début de la crise du Covid-19, on observe une recrudescence des cyberattaques contre des hôpitaux. Mardi c'est celui de Villefranche-sur-Saône (Rhône) qui a été touché, celui de Dax le 9 février. Les établissements de santé doivent de plus en plus lutter contre la menace d'un autre virus. Il est tout aussi invisible mais il s'attaque aux machines informatiques. Au CHRU de Nancy, la vigilance est de tout les instants. Depuis un an et le premier confinement, la sécurité est constamment renforcée. 

"Nous sommes montés à un cran supérieur en mars dernier", confie Jean-Christophe Calvo. Le directeur territorial de la transformation numérique au CHRU de Nancy confirme que les attaques se sont multipliées depuis le début de la crise : "il y a des messages qui sont bloqués par nos systèmes. Nous avons donc renforcé le maillage sécuritaire avec des logiciels appelés "bac à sable". C'est-à-dire qu'ils permettent de détacher une pièce jointe d'un mail dans un endroit sécurisé pour voir s'il y a ou non un virus."

Des attaques lucratives 

Les pirates informatiques tentent d'attaquer les hôpitaux pour réclamer des rançons ou alors voler les dossiers médicaux. "Ils se revendent pour plusieurs milliers de dollars sur le dark web", souligne Jean-Christophe Calvo. Ce combat impose aux établissement d'accentuer en permanence leur dispositif de lutte contre les cyberattaques. "Plus vous renforcer les dispositifs, plus les attaques sont violentes", affirme le responsable informatique du CHRU de Nancy. Cette sécurité invisible coûte plusieurs milliers d'euros à l'hôpital.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess