Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus au Pays basque : le confinement assomme aussi le sport amateur

-
Par , France Bleu Pays Basque

Le gouvernement a promis cette semaine 400 millions d'euros d'aide et évoqué la reprise du sport amateur en décembre. Mais les clubs du Pays basque réclament avant tout le retour du public et insistent : les petits clubs vivent à travers les supporters.

Le sport amateur pour les mineurs pourrait reprendre en décembre
Le sport amateur pour les mineurs pourrait reprendre en décembre © Radio France -

A la mi-mars, puis à nouveau à la mi-octobre, le sport amateur s’est arrêté en France. Plus d’entrainements, ni de matchs, des plus petits au plus grands. Un arrêt qui risque d’être fatal, "oui, les plus petits clubs pourraient mettre la clef sous la porte, mais c’est encore trop tôt pour le dire" affirme Maria Patte, la présidente du Comité Départemental (CD64) de basket dans les Pyrénées-Atlantiques. Mardi, le gouvernement annonçait 400 millions d’euros d’aides au sport amateur. 

"On ne sait pas si ça sera suffisant, je pense que non, mais on attend les critères et le déploiement sur le terrain", s’inquiète l’élue du CD64. Parce que ce qu’attendent surtout les clubs, c’est le retour du public, des supporters : "Actuellement l’activité est stoppée et les salariés sont au chômage" rappelle Maria Patte, et cela provoque des difficultés. Pas évident d’abord que les licenciés reviennent après tous ces arrêts, mais surtout : "Si la reprise ne permet pas de recevoir du public, d’organiser des manifestations, il y aura toujours le manque d’argent. Et a minima, les clubs devront financer l’arbitrage et les déplacements."  

Récoutez l'interview de Maria Patte sur France Bleu Pays Basque

Les terrains de sport sont vides depuis un mois
Les terrains de sport sont vides depuis un mois © Radio France - Bixente Vrignon

Devoir renoncer à l'emploi

Au Hasparren Football Club (HFC), le président Sébastien Bidonde confirme : « ça sera compliqué si après le confinement on peut pas organiser de manifestations ou de stages. On a deux salariés et un contrat de professionnalisations pour un an. On ne touchera pas au salarié à 35h, mais le contrat pro, je ne sais pas. Et pour le CDD de 20h j’avais donné ma parole de le passer à 35h (parce qu’on a de moins en moins de bénévolat) parce qu’avant le Covid on pouvait le faire, mais là on n’a rien touché comme subventions depuis la rentrée."

Sébastien Bidonde, président du HFC: "Les licences ont été encaissées, pour l'instant, ça permet de traverser cette période"

Les petits clubs vivent à travers les supporters

Le club Irisartarrak, qui joue pourtant au niveau National 2 en handball n’est pas épargné. Certains partenaires ont déjà fait savoir qu’il leur serait difficile de sponsoriser cette année, mais surtout "les clubs comme nous vivent à travers les supporters" explique Beñat Larramendi, l’ancien président. "Il y a la buvette, le loto des manifestations comme burger gaua ou talo gaua et cette année je crois qu’on va pouvoir s’asseoir dessus. Ça fait quand même un joli budget qu’on n’aura pas. Et pourtant, il faudra payer les déplacements, les arbitrages." Si le huis clos est imposé, il craint que le club aux formations pour ses arbitres ou les entraineurs "parce que on n’aura pas les budgets nécessaires".

Beñat Larramendy (Irisartarrak): "On est un peu perdus, on sait pas trop si on va réussir à terminer ce calendrier"

Ez du gauza onik ekartzen

Etxealdi berri horrek, "ez du gauza onik ekartzen" baieztatzen dute ere Irisarrin. Beñat Larramendi, lehendakari ohiak deitoratzen duen arabera: "Irisarriko Airoski gela arrunt isilean dugu eta nahi genuke berriz has dadin". Bat egiten du beste kirol arduradunekin erranez "_Makur handi litake sekulan ez bagenu publikorik_, zeren eta horiek egiten dute gure buxetaren parte handi bat. Publikorik gabe, ez da edategirik, jateko emaitekorik ere ez, eta horiek denak elkarretaratuz egiten du %15, %20 gure buxetan"

Beñat Larramendi: "Irisarriko Airoski gela arrunt isilean dugu"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess