Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : comment le confinement accroît les difficultés du quotidien pour les autistes

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Dans la Loire, à la veille de la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, le 2 avril, des parents, privés de nombreuses structures spécialisées pour leurs enfants, se disent abandonnés par l'Etat. Illustration à Saint-Etienne (Loire).

Benoît, 21 ans
Benoît, 21 ans

"Je me transforme en maîtresse, en psy et en orthophoniste". Comme 7000 familles dans la Loire, Stéphanie Bigeard, présidente de l'association "La bulle 42", doit réapprendre à vivre avec son fils. Paul, jeune garçon autiste âgé de neuf ans, s'adapte très mal au confinement, depuis la fermeture de sa classe spécialisée à Rive-de-Gier. "Il fait des crises extrêmement violentes, il se met par-terre, il crie, il casse tout, tape sur ses frères ou cogne sa propre tête dans ses mains", confie sa mère, qui se dit "épuisée" malgré sa "chance" d'avoir un jardin où Paul peut tenter de se calmer. 

Situation très compliquée aussi dans les autres familles. Même dans celle de Benoit, Stéphanois de 21 ans, qui a pu bénéficier d'une place en foyer médicalisé, en solidarité avec son père qui est soignant, comme des crèches offrent des places aux enfants du personnel médical. "Il ne conçoit pas que les magasins soient fermés, il ne respecte pas les distances de sécurité et ne supporte pas de voir des gens porter un masque ou se laver avec du gel hydroalcoolique", raconte Thierry, le papa.

"Benoît ne supporte pas les nouvelles règles sanitaires. Il se jette sur les voitures. Il est capable d'agresser des gens."

"Benoit ne supporte pas les règles de sécurité liées au COVID19", raconte Thierry, son papa

Les parents d'enfants autistes s’estiment oubliés par le gouvernement depuis la fermeture de la plupart des structures spécialisées, malgré la mise en place, selon eux sur le tard, d'une plateforme d'écoute-conseils. Selon l'agence régionale de santé (ARS), tous les IME externes sont fermés dans la Loire et seuls quelques internats fonctionnent. Le syndicat Force Ouvrière dénonce de son côté les conditions de travail dans certains établissements encore ouverts où les "personnels sont soumis aux mêmes expositions et risques que le personnel soignant, sans pour autant avoir les protections appropriées". 

Des lumières bleues sur les balcons

Depuis le début de la crise du coronavirus, on parle beaucoup des personnes âgées et de la situation  dans les Ehpad, mais assez peu des personnes handicapées. Les parents appellent à illuminer les balcons en bleu, ce jeudi 2 avril, couleur de l'autisme, pour mettre en valeur la journée mondiale. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu