Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : le cri d'alarme d'un psychologue d'un Ehpad de la région niçoise

-
Par , France Bleu Azur

En pleine crise du coronavirus, le personnel d'un Ehpad de la région niçoise se sent abandonné. Le psychologue de cette maison de retraite désarmé face à cette situation attend des consignes plus claires des autorités.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Frantz Bouton

Mathieu psychologue dans un Ehpad privé de la région niçoise a pris le temps de nous raconter ce que le personnel et les résidants vivent en pleine crise du coronavirus. Le psychologue décrit une situation absurde avec des consignes de l'Agence Régionale de Santé et du préfet "déconnectées" de la réalité du terrain. 

On nous a dit qu'à partir du moment où un résidant était diagnostiqué Covid-19 tout l'établissement était contaminé et qu'il fallait confiner tous les aînés!

Malheureusement cette préconisation est impossible à respecter ajoute le thérapeute car d'une part nous n'avons pas la possibilité de faire des tests. D'autre part, Mathieu explique que c'est impossible d'enfermer des personnes âgées souffrant pour certaines de troubles psychologiques, de démence. "On ne va pas enfermer les résidants dans leurs chambres pour éviter qu'ils tombent malades, ça pose de vraies questions éthiques" souligne le psychologue.

Autre message difficile à avaler pour l'équipe de la maison de retraite azuréenne. L'Agence régionale de Santé considère que les tests ne sont pas nécessaires et que pour protéger les personnes âgées il suffit qu'elles respectent les gestes barrières. C'est ridicule et irréalisable pour Mathieu. "Certaines personnes âgées oublient qu'il ne faut pas se serrer la main et qu'il faut tousser dans son coude" explique le thérapeute . 

Pas de test, pas de protection, on doit se débrouiller

Face aux recommandations des autorités, le personnel de l'Ehpad se sent démuni et à bout explique le psychologue. L'équipe a dû se débrouiller pour récupérer des masques pour se protéger. Les entreprises de BTP du secteur ont fourni des masques et des combinaisons de protection aux salariés.  L'Ehpad devrait aussi pouvoir récupérer de l'oxygène grâce à un club de plongée de Nice. Dans ce contexte, le personnel est aussi inquiet pour sa santé. Les salariés prennent des risques en venant travailler de contaminer ensuite leurs familles.  Les journées sont intenses et anxiogènes. Tout le monde est dévoué, on ne compte pas les heures insiste Mathieu mais la situation est difficile à vivre.

Camisole chimique et sédation

L'Ehpad de la région niçoise est parvenu à tester certains de ces résidants. Résultat, trois  sont malades du Covid-19, deux sont hospitalisés. Pour éviter d'avoir d'autres contaminations dans la maison de retraite et limiter les contacts entre les aînés,  le personnel soignant a dû augmenter les traitements déplore le psychologue. 

On se retrouve à shooter les résidants de médicaments pour éviter qu'ils déambulent et se contaminent , la camisole chimique c'est un fait aujourd'hui.

Il faut des consignes claires 

Le psychologue de cet Ehpad de la région niçoise réclame à l'Agence Régionale de Santé, des consignes claires et adaptées à la situation. Mathieu plaide aussi pour des dépistages au sein des maisons de retraite pour protéger d'avantage les résidants.  Mais pour l'instant, la dernière directive envoyée à l'Ehpad privé azuréen ne risque pas d'apaiser les angoisses des soignants. Pour les résidants qui seront en détresse respiratoire, il n'y aura pas d'hospitalisation, mais une sédation pour les accompagner à mourir. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu