Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le masque obligatoire dans les lieux publics clos, "c'est normal vu la situation"

-
Par , France Bleu Gironde

Le masque obligatoire dans les lieux publics clos dès la semaine prochaine, mais aussi dans les grandes enseignes d'alimentation : une décision qui semble majoritairement comprise à Bordeaux, même si certains regrettent d'en arriver là.

Masque obligatoire dans une grande surface, illustration
Masque obligatoire dans une grande surface, illustration © Radio France - Alia Doukali

En balade le long des quais de Bordeaux, rive droite, Morgan et Célie ne portent pas leurs masques. "En extérieur, en gardant ses distances, ça ne sert pas forcément" estime Célie. Mais la jeune femme garde deux masques dans son sac, pour les passages dans les lieux clos : transports en commun, magasins...elle estime normal que le port du masque devienne obligatoire dès la semaine prochaine dans les lieux publics clos -ce qui comprend les commerces, les hôpitaux ou encore les bureaux de poste- et les grandes enseignes d'alimentation. Morgan approuve. "Je trouve ça normal, vu la situation qui empire" déclare le jeune homme, faisant référence à la Gironde placée en "vulnérabilité modérée" en raison d'une résurgence de cas. 

Dommage que les gens ne comprennent pas sans la pancarte

"Je trouve normal de nous inciter mais nous forcer la main...je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée" s'interroge Johanna. "Certains ont tendance à dire que c'est une restriction de nos libertés individuelles, ça ne plaît pas beaucoup. En ce moment, il fait chaud, on n'a pas envie de le porter...mais je comprends l'obligation." 

Ghislaine, elle, porte le masque même dans les lieux ouverts. A plus de 65 ans, elle fait partie des populations vulnérables. Pour elle, l'obligation ne serait jamais arrivée si davantage de personnes portaient un masque. "Chacun sa responsabilité, mais c'est ça le drame à mon avis : certains n'en ont pas ! Quand c'est marqué sur la porte que le masque est obligatoire, les gens le mettent. C'est dommage qu'ils ne le comprennent pas sans la pancarte."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess