Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "Le nombre de cas augmentera dans l'Indre", prévient le préfet

-
Par , France Bleu Berry

Le préfet de l'Indre a fait un point très détaillé sur la situation de l'épidémie de coronavirus dans le département. Il anticipe déjà une augmentation du nombre de personnes contaminées, alors qu'on en est à 27 pour le moment.

Thierry Bonnier, Monsieur le préfet de l'Indre, est venu faire un point très détaillé sur la situation de l'épidémie de coronavirus dans le département
Thierry Bonnier, Monsieur le préfet de l'Indre, est venu faire un point très détaillé sur la situation de l'épidémie de coronavirus dans le département © Radio France - Régis Hervé

27 personnes sont contaminées par le Covid-19 dans le département de l'Indre, selon le bilan de l'Agence régionale de santé publié dimanche 22 mars. Le nombre de cas va forcément évoluer. "Je peux dire que ce chiffre augmentera ce lundi et dans les jours à venir", prévient le préfet de l'Indre, Thierry Bonnier, invité (par téléphone en raison des mesures de confinement) de France Bleu Berry ce lundi. "Nous vivons tous ensemble une crise majeure et les personnels soignants sont en première ligne face à cette maladie", explique-t-il. Le préfet de l'Indre a confirmé les neuf cas de coronavirus détectés dans un EHPAD de Châteauroux. Il s'agit de sept membres du personnel soignant et de deux résidents.

Plus de 150 000 masques, en priorité pour le personnel soignant

Ces derniers jours, la communauté médicale s'est émue du nombre insuffisant de masques en France. Le ministre de la Santé a annoncé, samedi 21 mars, la commande de 250 millions de masques. Dans le département de l'Indre, des masques ont été reçus. "Nous avons reçu dès vendredi une dotation de 60 000 masques, arrivée à l'hôpital de Châteauroux, qui centralise les distributions", précise le préfet de l'Indre. Des masques distribués en priorité au personnel soignant en première ligne. Cela concerne également les transporteurs sanitaires, les services d'aide à domicile et les bénévoles qui travaillent par exemple au gymnase de Belle-Isle à Châteauroux pour l'accueil des plus démunis.

Par ailleurs, la préfecture de l'Indre a identifié un stock supplémentaire de 90 000 masques en faisant appel à la solidarité générale, en particulier celle des entreprises. "Les acteurs économiques et sociaux ont été sollicités pour faire des dons : la chambre d'agriculture de l'Indre par exemple, l'aéroport de Châteauroux. On a réussi à identifier et stocker 90 000 masques qui seront envoyés à l'hôpital", ajoute Thierry Bonnier.

Quid du maintien des marchés alimentaires ?

C'est un point qui interroge beaucoup de nos auditeurs : pourquoi les marchés alimentaires sont toujours autorisés alors qu'il n'est pas forcément évident de faire respecter les gestes barrières ? Les commerçants ont été sensibilisés pour faire preuve de la plus grande vigilance. "On voit que les élus veillent à garder des distances de sécurité avec les gestes barrière. Mais le Conseil d'Etat a conseillé de lever cette autorisation concernant les marchés alimentaires. Il est fort probable qu'il y ait des évolutions dans les prochains jours", explique le préfet de l'Indre. Certaines communes berrichonnes n'ont pas attendu une éventuelle décision. Au Poinçonnet, le maire a décidé d'annuler tous les marchés alimentaires.

Quelles consignes pour les artisans et professionnels du bâtiment ?

Les artisans et le secteur du bâtiment se posent énormément de questions sur la poursuite de leur activité, tout en respectant les règles du confinement. Le préfet de l'Indre rappelle que la priorité est de privilégier le télétravail, un outil qui n'est évidemment pas adapté à ces métiers. "Il est impératif de mettre en place et de vérifier que les mesures barrières et les distances puissent être mises en place. Si ce n'est pas possible, l'activité ne peut pas avoir lieu", tranche le préfet de l'Indre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu