Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le Rhône, la Nièvre et l'Aube pourraient faire l'objet de nouvelles mesures

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Auxerre, France Bleu Isère, France Bleu Bourgogne, France Bleu Champagne-Ardenne

L'Aube, le Rhône et la Nièvre pourraient se voir appliquer de nouvelles mesures de restriction pour freiner l'épidémie de coronavirus, a annoncé ce mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Des concertations sont engagées avec les élus locaux de ces départements.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. © AFP - Ludovic Marin

Trois nouveaux départements devraient se voir appliquer des mesures supplémentaires de restriction, destinées à freiner l'épidémie de coronavirus. Il s'agit du Rhône, de l'Aube et de la Nièvre, a annoncé ce mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, à l'issue du Conseil des ministres. Des concertations entre le gouvernement et les élus locaux sont engagées.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pas de mesures supplémentaires dans les seize départements déjà confinés

Cette extension des restrictions dans ces territoires interviendrait moins d'une semaine après de nouvelles mesures anti-Covid-19 dans seize départements, en attendant une accélération de la vaccination.

La situation sanitaire, avec des services de réanimation saturés dans certaines régions comme l'île-de-France, inquiète quant à elle fortement le monde médical et le gouvernement. Face à une saturation des services de réanimation dans les zones très touchées par le regain de l'épidémie, nombre de soignants estiment qu'un confinement plus strict est nécessaire. Selon Yves Cohen, chef du service de réanimation à l'hôpital Avicenne de Bobigny, "on arrive à une catastrophe sanitaire, la prise en charge des patients va imploser". "Il y a des patients qui vont être sacrifiés, parce qu'on ne pourra pas les prendre en réanimation, et on sera obligés de les laisser dans des services où on pourra les surveiller, mais de très loin", nous a-t-il expliqué.

L'essentiel, c'est que les mesures annoncées jeudi dernier soient pleinement appliquées - Gabriel Attal

Mais pour ces départements déjà confinés, le porte-parole du gouvernement n'a pas annoncé de nouvelles restrictions, qualifiant les mesures actuelles de "puissantes" et "efficaces". "L'essentiel, c'est que les mesures annoncées jeudi dernier soient pleinement appliquées", a-t-il répondu, "et nous attendons de pouvoir commencer à mesurer un effet de ces dispositions annoncées dans le courant de la semaine prochaine". Gabriel Attal a notamment appelé à un renforcement du télétravail. "Nous incitons encore davantage les entreprises à y avoir recours", a-t-il insisté. "Nous allons renforcer les contrôles et les sanctions pour les entreprises qui manifestement ne voudraient pas appliquer le télétravail là où c'est possible, quand on peut télétravailler pleinement, on doit télétravailler pleinement", selon lui.

Dans le même temps, le Premier ministre Jean Castex a rappelé au Sénat que "nous pourrions être conduits à durcir (les mesures, ndlr), en fonction de l'évolution de la pandémie".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une troisième vague qui va plus vite que la vaccination

Le nombre de malades du Covid soignés en réanimation augmente régulièrement ces derniers jours partout en France, de 4.400 dimanche à 4.634 mardi, pour se rapprocher du pic de la deuxième vague de l'automne (4.900 le 16 novembre). Le taux d'incidence dans le Rhône, et notamment à Lyon, approche la barre des 400, à 383 pour 100.000 habitants, et atteint 329 dans la Nièvre et 445 dans l'Aube, selon Santé Publique France.

Comme ailleurs en Europe, l'exécutif compte sur la vaccination qu'Emmanuel Macron a promis mardi d'accélérer et d'élargir aux 70-75 ans sans comorbidités dès samedi et à partir de mi ou fin avril aux enseignants. Gérald Darmanin a d'ailleurs annoncé mercredi l'ouverture de 38 vaccinodromes gérés par 25.000 sapeurs-pompiers formés à la vaccination et 2.500 en charge de la logistique. Selon le dernier bilan du ministère de la Santé, près de 6,6 millions de personnes ont reçu une première dose, dont 2,5 millions ont été vaccinées avec deux. Gabriel Attal a rappelé les objectifs du gouvernement en la matière : dix millions de personnes vaccinées mi-avril, 20 millions à la mi-mai, 30 millions à la mi-juin. L'exécutif promet que tous ceux qui le souhaitent auront été vaccinés d'ici la fin de l'été.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess